Burkina Faso: Dénonçant des pressions, le patron de la CGTB démissionne de la fonction publique

Bassolma Bazié, le secrétaire général de la Confédération générale du travail du Burkina, a publié une lettre dans laquelle il explique les raisons de sa démission de la fonction publique. Enseignant au lycée Philipe Zinda Kaboré de Ouagadougou, Bassolma Bazié accuse les autorités de « chantage » sur la base de son salaire.

Dans sa lettre de démission, le secrétaire général de la Confédération générale du travail Burkina explique que cette décision fait suite à son affectation « pour nécessité de service » dans un bureau.

Bassolma Bazié qualifie cette affectation d'arbitraire. Il accuse son employeur, c'est-à-dire l'État, de vouloir utiliser le « salaire » comme un moyen chantage. « Je n'ai pas fait le concours pour aller m'asseoir dans un bureau sans savoir ce que je vais y faire », s'exclame-t-il. Néanmoins, il précise qu'il reste toujours à la tête de la Confédération générale du travail du Burkina.

Cette affectation intervient plusieurs mois après son passage devant un conseil de discipline qui l'avait reconnu « coupable » de « refus d'exécuter le volume horaire prévu par les textes ». Mais il n'avait pas été sanctionné.

Se référant à une décision du Conseil d'état, un responsable du ministère de l'Education nationale explique qu'il était reproché à Bassolma Bazié le refus de remplir les 10 heures de volume horaire de cours qui lui étaient attribuées. Et par ailleurs « aucun texte réglementaire ne fixe les modalités de mise à disposition d'un agent auprès des structures syndicales », poursuit ce responsable.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.