Madagascar: Antsiranana - Une pénurie d'eau sans précédent

Cela fait presque une semaine que la majorité des Antsiranais ont eu des difficultés pour avoir de l'eau potable à utiliser dans la vie quotidienne.

Ce n'est que tardivement, que la Jirama a expliqué sur le plateau de la télévision locale, par le biais de son directeur régional, que des conducteurs du bassin versant de Besokatra qui alimentent la ville, ont été bouchés, et un autre emporté par les fortes pluies qui accompagnaient le cyclone Eloïse.

Selon des techniciens de la Jirama, la société est arrivée à nettoyer les conducteurs bouchés durant les trois premiers jours qui ont suivi le passage d'Eloïse, mais elle n'a pu assurer que les 50% de production avec la partie débouchée. Ils devraient mettre plusieurs jours pour permettre un retour à la normale car les pièces manquantes ont été commandées dans la capitale et devaient être expédiées par avion.

« Nous sommes fatigués, cela fait une semaine que nous n'avons pas d'eau dans les robinets. Nous sommes obligés de puiser l'eau dans un petit ruisseau au bord de mer, mais avec l'éloignement et le mauvais état du chemin, nous n'avons pu obtenir grand-chose », se désolent des habitantes du quartier Scama.

Ingérable

En fait, la pénurie est logique car, même au moment où la Jirama pouvait fournir 100% de sa production avant la panne, des quartiers ont été privés d'eau.

À l'heure actuelle, il faut s'attendre au pire, car avec les 50%, elle devra gérer l'ingérable. Face à la situation et en attendant l'achèvement des travaux de réparation, le gouverneur de la région Diana, Daodo Arona Marisiky, a pris l'initiative de ravitailler en eau les quartiers populeux les plus touchés par la panne. Elle utilise pour ce faire, un camion citerne de 35 000 litres qui sillonnent tous les jours ces quartiers, suivant des horaires préétablis. « Rassurez-vous, la région Diana est toujours derrière vous et apporte des moyens possibles pour alléger vos difficultés quotidiennes, d'où la nécessité de cette solution provisoire. Je vous remercie pour votre courage et vous demande de patienter encore », déclare-t-il, lors de la distribution d'eau.

En attendant que la situation s'améliore, les habitants se débrouillent pour assurer leurs besoins en eaux. Une pluie diluvienne tombée deux nuits successives leur a permis de remplir tous leurs récipients. Malheureusement après avoir consommé ces réserves, le calvaire continue. Dans le quartier d'Ambalakazaha, les habitants ont leur propre puits, mais selon une mère de famille, cette solution a ses limites car même les puits commencent à se tarir parce que les voisins se ruent sur ces points d'eau.

Pour l'instant, la Jirama a encaissé toutes sortes d'insultes sur les réseaux sociaux, au marché et dans la rue, traitée de profiteuse et ses techniciens d'incompétence. Certains usagers en sont même venus aux menaces.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.