Madagascar: Coupure d'électricité - Détresse quotidienne de la population

Avec les coupures incessantes de l'électricité, les activités quotidiennes tournent au ralenti, voire au point mort. La population essaie tant bien que mal de s'adapter à la situation.

La coupure incessante de l'électricité devient monnaie courante pour ceux qui habitent la capitale et ses environs. Pour les activités qui dépendent principalement de l'électricité, la vie est rythmée par l'anxiété et les pertes financières liées à ce problème. Pour Faliarison, propriétaire d'une société multiservices à Iavoloha, la coupure conjuguée à la diminution de la puissance de l'électricité risque de le mettre en faillite. « Je suis dans le métier depuis plus de 15 ans. Notre activité dépend essentiellement de l'électricité, nous sommes embourbés dans une réelle difficulté. Lorsque la puissance de l'électricité diminue et varie, nos machines, telles que l'imprimante ou encore la machine à photocopieuse n'arrivent pas à fonctionner normalement. Aujourd'hui, nous avons perdu quatre clients faute de photocopieuse », témoigne Faliarison.

Pour ce père de famille, cette activité ne suffit plus pour subvenir aux besoins de sa famille. « On perd beaucoup d'argent et de temps. En une journée, on peut perdre plus de 3 000 ariary. C'est arrivé lorsque je devais imprimer plus de trente papiers alors que l'électricité était instable à ce moment », déplore Faliarison. Ce père de famille n'arrive plus à combler les pertes engrangées par la coupure et l'instabilité de l'électricité. « Le stress est permanent lorsqu'on perd de l'argent qu'on a investi. Toutefois, pour pouvoir compléter les pertes je fais une autre activité », enchaîne-t-il.

Anticipation

Même galère pour une coiffeuse et habitante d'Ivato qui, elle aussi, perd sa clientèle. « On cumule près d'une heure à trois heures de coupure par jour. Les coupures arrivent à des heures imprévues. Malheureusement, les clientes arrivent au salon à ces moments là », explique Nivo Harijaona, une coiffeuse à Ivato.

Les conséquences de ces coupures sont lourdes pour la coiffeuse qui n'a plus les moyens de payer le loyer de son atelier. Un problème qui touche aussi un poissonnier à Andraisoro qui vit la même galère lorsque la coupure dépasse deux à trois heures. « En plus des pertes financières, les risques d'avaries augmentent sur nos produits », indique-t-il.

Chacun essaie de trouver des solutions aux mêmes problèmes persistants. Même s'il y va de sa survie. Beaucoup font montre de résilience face aux problèmes de coupure d'électricité. Pour le responsable de multiservice, il est question d'anticipation. « Pour pouvoir garder la clientèle qui est essentiellement composée d'écoliers et d'étudiants, nous imprimons des documents qui peuvent leur être utiles. Et ce afin qu'ils n'attendent pas longtemps avant ou dès que la coupure se présente », explique Faliarison.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.