Madagascar: Prix du riz - Le Vary Tsinjo suscite l'espoir des familles nécessiteuses

Les mesures entreprises pour juguler les prix du riz qui galopent peinent à porter leurs fruits. Le Vary Tsinjo serait l'ultime alternative.

Stabilisation. C'est en ce sens que l'initiative « Vary Tsinjo » est enclenchée depuis l'arrivée des premiers tonnes de riz importés à Toamasina. Depuis quelque temps, le riz est devenu un produit de luxe, voire inaccessible pour certaines couches de la société. Les ménages aux revenus moyens se trouvent obligés de trouver d'autres alternatives au riz qui est pourtant l'aliment de base de tout bon Malgache qui se respecte.

« Cela fait trois jours que nous rationnons notre nourriture. Nous ne consommons du riz qu'au déjeuner pour nous tourner vers les pâtes et autres patates pour les autres repas. Avant-hier, le kapoaka de riz avoisinait déjà les mille ariary à l'épicerie du coin. D'un autre côté, les nouilles instantanées coûtent la moitié de cette somme. Le choix est vite fait et ce sont uniquement les enfants qui ont droit à la maigre ration que nous pouvons nous permettre d'acheter » déplore Lilia Rabearikoto, une habitante du quartier populaire d'Andavamamba. Avec l'arrivée du Vary Tsinjo, cette mère de famille espère pouvoir se procurer du riz à un prix raisonnable dans la mesure où il a été annoncé que le « kapoaka » de ce nouvel arrivage peut être acheté à cinq cents ariary.

D'après la société d'État, State Procurement of Madagascar (SPM) qui est chargé de l'importation du Vatsy Tsinjo, « des régions comme Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana, Haute Matsiatra, Ihorombe, Anosy, Androy, Boeny, Sofia, Diana, Analamanga, Atsimo Andrefana et Menabe font partie de la zone de distribution du Vatsy Tsinjo» Le prix de vente du riz, au départ de l'entrepôt à Toamasina, est fixé à 79050 ariary le sac de 50kg.

Hausse

La marge commerciale des revendeurs ne devra pas dépasser le plafond de 3000 ariary par sac pour obtenir le prix d'achat annoncé de 500 ariary le kapoaka. Ce riz à 1850 ariary le kilo a été commandé au mois d'octobre et a été prévu pour soutenir la période de soudure que la grande île traverse présentement.

Chez les grossistes, le sac de cinquante kilo de makalioka s'achète présentement à un peu moins de cent vingt mille ariary. Pourtant il y a un mois de cela, le prix du sac de ce même type de riz avoisinait les quatre vingt treize mille ariary. Soit une augmentation de près de 20 % en quelques semaines. Une hausse qui devrait être jugulée par l'arrivée du Vary Tsinjo d'après les prévisions des autorités. D'ailleurs le gouvernement a déjà décidé en conseil des ministres de fixer le prix du Kapoaka il y a quelques mois.

Les principales causes de la hausse actuelle du prix du riz en sont l'insuffisance de la quantité de riz importé alors que Madagascar traverse la période de soudure où l'offre est plus faible. Par ailleurs, la production locale est encore faible, malgré l'efficacité vantée du projet Papriz II du gouvernement japonais avec le ministère de l'Agriculture de Madagas- car et la production qui s'est élevée à près de cinq millions de tonnes cette année. Mais il y aurait également la hausse du prix du riz au niveau international qui impacte fortement le prix du riz dans le pays.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.