Afrique: Inégalités/Covid-19 - Oxfam plaide pour une taxation des plus riches

Oxfam, une organisation non gouvernementale, appelle à taxer les plus riches épargnés par la pandémie de coronavirus en vue de lutter contre les inégalités.

Dans son dernier rapport annuel sur les disproportions,Oxfam affirme que les plus riches ont été épargnés par la Covid-19. Elle appelle à taxer les plus riches afin de combattre « le virus des inégalités ».

Selon elle, il faudrait plus de dix ans aux personnes les plus pauvres pour se relever des impacts économiques de la pandémie. Cette enquête explicite l'impact du coronavirus sur les inégalités économiques de la même manière partout sur sur la planète. Quelque 295 quinze économistes de 79 pays ont révélé que 87% des personnes interrogées s'attendent à ce que les diversités de revenus dans leur pays s'intensifient du fait de la Covid-19. Les milliardaires auraient même vu leur fortune augmenter de 3 900 milliards de dollars entre mi-mars et fin décembre 2020. Ainsi, les dix hommes les plus riches ont vu leur valeur nette augmenter de 540 milliards de dollars entre mars et décembre 2020, selon Oxfam.

Pour contrer l'aggravation des inégalités, l'ONG est favorable à une hausse de la fiscalité des plus riches, préconisant de taxer davantage les revenus. Pour cette Organisation, « la crise du corona doit marquer un tournant dans la fiscalité des personnes et des entreprises les plus riches. Elle nous offre l'occasion d'établir enfin une fiscalité juste, de mettre fin au nivellement par le bas et d'initier un nivellement par le haut ». Expliquant que « cela peut prendre la forme d'une augmentation de l'impôt sur la fortune, de taxes sur les transactions financières et de mesures d'éradication de l'évasion fiscale ». Le rapport révèle que ce sont les les groupes sociaux les plus précaires qui sont les plus touchés. « Les femmes et les groupes raciaux et ethniques marginalisés font les frais de cette crise. Ils et elles sont plus susceptibles de se retrouver en situation de pauvreté, de ne pas pouvoir manger à leur faim et d'être exclus (es) de l'accès aux services de santé ».

Oxfam a choisi le jour de l'ouverture du Forum de Davos pour présenter son rapport annuel. Après la crise économique créée par la pandémie du coronavirus, les 1000 personnes les plus riches du monde ont retrouvé leur niveau de richesse d'avant la pandémie, en seulement neuf mois, alors qu'il pourrait falloir plus de dix ans aux personnes les plus pauvres pour se relever des impacts économiques », estime l'ONG. Quentin Parrinello, porte-parole d'Oxfam France, parle d' « un deux poids, deux mesures dans le "quoi qu'il en coûte ", qu'on a décidé de mettre sur pied des plans de relance et des centaines de milliards, puisque ce volume d'argent, on ne le retrouve pas dans les politiques de protection des plus vulnérables, que ce soit en France ou dans les pays en développement ". Les économistes comme Thomas Piketty et Gabriel Zucman, sont favorables à une hausse de la fiscalité des plus riches.

« Des centaines de millions de personnes sont en train de basculer dans la pauvreté à cause de la crise et elles pourraient y rester pendant plus de dix ans, a souligné la Banque mondiale, si on ne s'attaque pas aux inégalités", a précisé Quentin Parrinello, appelant à refonder le modèle économique pour mieux rémunérer les métiers à utilité sociale. La publication du rapport s'accompagne du lancement d'une campagne visant à dénoncer ces disproportions.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.