Togo: Artisans et chefs d'entreprises renforcent leurs connaissances

La chambre régionale des métiers (CRM) des Savanes, en se basant sur les enquêtes et études disponibles, a identifié certaines faiblesses des entreprises sur lesquelles, elle entend agir pour les rendre plus compétitives. Parmi ces faiblesses figure en bonne place la méconnaissance des règles et procédures pour la participation aux marchés publics. D'après le rapport provisoire de la mission d'évaluation des besoins des artisans bénéficiaires des mécanismes d'appui du gouvernement, sur 200 entreprises artisanales enquêtées, c'est seulement 11, soit 5,5% qui ont eu à soumissionner à un marché public. Cependant 94,5%, soit 189 enquêtés n'ont jamais essayé de soumissionner à un marché public. Ce fort taux peut être expliqué non seulement par la sous-information des appels d'offres publics mais également par la non-maitrise des procédures de soumissions aux appels d'offre notamment le montage des dossiers pour soumissionner.

Les patrons des entreprises interviewés par notre rédaction dans la région reconnaissent ces faiblesses et à cela s'ajoute la position géographique de la région des Savanes par rapport à la capitale.

Pour aider ces entreprises artisanales à relever ce défis le ministère du développement à la base, de l'artisanat et de la jeunesse a initié le projet d'appui à la création et au développement des entreprises artisanales. Ce projet fait non seulement du renforcement des capacités techniques et managériales un axe important de sa composante 1 mais également de la formation sur l'élaboration des dossiers d'appel d'offre une nécessité pour le développement des entreprises artisanales, ceci pour combler ce gap, et permettre aux entreprises artisanales de la région des Savanes de saisir les opportunités de marchés publics dans les projets de développement des nouvelles communes, la CRM-Savanes a décidé de renforcer les compétences à l'intention des acteurs du secteur privé de la région.

L'objectif général visé est d'améliorer le niveau des parts de marché publics qui sont remportés par les entreprises artisanales dans la ville de Dapaong en particulier et dans la région des savanes en général.

De façon spécifique, il s'agira de sensibiliser les participants sur les conditions préalables à remplir pour participer aux marchés publics, former les participants sur le montage des dossiers d'appel d'offre, former les participants sur les procédures de passation de marché publics, former les participants sur la fiscalité des marchés publics.

Tenue à Dapaong et pour cinq (5) jours (18-22 janvier 2021), les participants sont outillés sur les modules suivants : les conditions pour candidater à un marché public (les capacités techniques, financières et professionnelles), le montage des dossiers d'appel d'offres, les procédures de passation des marchés publics, la fiscalité des marchés publics. Cette formation va permettre de donner aux entrepreneurs les outils pour soumissionner leurs dossiers lors des appels d'offres. Elle vise à améliorer à moyen et long termes leur niveau de revenu tout en créant plus d'opportunités d'emplois dans la région des savanes en général et dans la ville de Dapaong en particulier.

M. NAM Yaya, participant à cette formation : « cette formation est très riche avec les modules que nous eu ; elle nous a permis de connaitre toutes nos faiblesses et surtout comment passer pour avoir le financement et remporter un marché. Nous sommes désormais prêts pour compétir sur le plan national ou international. Nous souhaiterions que ces rencontres soient perpétuelles pour nous faire avancer ». Cette formation est soutenue par la GIZ à travers son Programme de Développement d'Economie Durable ( ProDED).

Les entrepreneurs de la région des Savanes demandent au gouvernement de faire relayer les appels sur les radios locales afin de s'assurer que l'information est allée aux concernés ; et aussi, permettre le dépôt pour les appels dans les directions régionales de chaque ministère qui lance l'appel d'offre.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.