Cameroun: Exécutifs régionaux - Le temps du travail

Entrés officiellement en fonction vendredi dernier, certains des nouveaux élus n'ont pas hésité à se mettre au travail en vue de remplir la feuille de route qui est la leur.

Les regards sont dorénavant tournés vers les exécutifs des conseils régionaux dans les dix régions que compte le Cameroun. Après les installations officielles de vendredi dernier et toutes les célébrations qui allaient avec, l'heure est plus que jamais au travail. Il s'agit désormais pour les uns et les autres de s'y mettre résolument en vue de répondre aux multiples attentes des Camerounais qui, aujourd'hui, fondent beaucoup d'espoir en ces collectivités territoriales décentralisées.

Car, loin de venir remplir une simple formalité constitutionnelle, les régions sont attendues sur le chemin de l'accélération de la décentralisation, mais surtout de l'implication des populations aux actions de développement local. De part et d'autre dans les différents sièges de ces nouvelles institutions, c'est désormais le branle-bas. On s'attèle actuellement à rendre fonctionnelle, les infrastructures qui ont été mises à la disposition des régions par les pouvoirs publics pour leur permettre de démarrer sereinement leurs activités. Au moment où les secrétaires généraux de ces collectivités territoriales décentralisées, principaux collaborateurs des présidents des conseils régionaux viennent d'être nommés par le président de la République.

A peine installés, certains responsables de ces collectivités territoriales ont déjà engagé les contacts nécessaires qui devraient permettre de baliser la voie qui devrait permettre à leur collectivité de se mettre en branle. C'est le cas du Sud-Ouest, dont le président Zacheus Bakoma Elango a, une fois installé, mis le cap sur Yaoundé pour y rencontrer sa hiérarchie. Sur place, la « maison » est tenue par le président de l'Assemblée régionale qui fait également office de vice-président du Conseil exécutif régional, Chief Atem Ebako Bisong.

La même détermination à se mettre rapidement dans la mouvance du développement est observée dans l'Adamaoua, seule région à être dirigée par une formation politique de l'opposition, où l'on a consacré la première journée de travail à une réunion de l'exécutif régional en vue d'arrêter les stratégies qui permettront un déploiement optimal de cette partie du territoire. Alors qu'à l'Est, outre la stratégie de développement, l'on réfléchit déjà au règlement intérieur qui doit être adopté par le Conseil régional.

Pour faciliter leur mise en place, le président de la République a ordonné le déblocage d'une somme de trente (30) milliards de F à raison de trois milliards par région. Des ressources qui vont servir à couvrir les frais de session des organes délibérants, les frais de personnel, les salaires des membres des exécutifs régionaux, le fonctionnement des services... Une dotation qui s'explique par le fait qu'au moment où elles entrent en activités, les régions ne disposent pas encore de budgets.

Etant les premières structures du genre mises en place, elles ne disposent pas encore d'assises qui pourraient leur permettent de fonctionner normalement. Cette dotation devrait donc servir jusqu'à la tenue des sessions budgétaires qui vont voir la mise sur pied des budgets de ces collectivités territoriales décentralisées. Ce qui devrait constituer un véritable départ dans leur ambition d'implémenter le développement local par la base. Comme on peut le constater, l'heure est définitivement au travail, car ici et là, l'on est conscient de ce que seuls les résultats devront parler.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.