Mali: Dissolution du CNSP, le président N'Daw reçu à l'Élysée

La junte malienne

Le Comité national de salut pour le peuple (CNSP), organe créé par les militaires putschistes du 18 août dernier au Mali, est officiellement dissous. C'est ce qu'indique un décret signé notamment par le président de transition et le Premier ministre Moctar Ouane. La Communauté économique des États de l'Afrique de l'ouest (Cédéao) avait encore récemment demandé avec insistance la dissolution de cet organe qui renforçait le pouvoir des militaires. Même si cette dissolution est un événement, les militaires n'ont pas totalement disparu.

Le CNSP est désormais officiellement dissous, mais ses principaux responsables militaires ne sont ni retournés dans les camps ni au chômage. Par exemple, l'ex-président du CNSP, le colonel Assimi Goïta, occupe déjà le poste de vice-président de la Transition, il est le numéro 2 du régime. L'ancien vice-président du comité dissous, le colonel Malick Diaw, est quant à lui, déjà à la tête du Conseil national de transition, organe législatif. D'autres grosses pointures de l'ex-junte occupent depuis un moment des postes régaliens au sein du gouvernement.

Malgré tout, la dissolution du CNSP est un évènement. Les pressions diplomatiques de la Cédéao ont donné des résultats. Ensuite, Kati, ville-garnison située près de Bamako et fief de l'ex-junte sera de moins en moins une direction prisée. Par ailleurs, ici des hommes politiques espèrent avoir maintenant des coudées plus franches avec les militaires.

Et si tout fonctionne comme prévu, on prend un virage pour le retour des civils au pouvoir. Les membres du Conseil national de transition travaillent actuellement sur les textes qui doivent conduire à des élections transparentes. Il reste à associer à ce travail une importante partie de la classe politique malienne non représentée au CNT.

Cette dissolution, réclamée avec insistance par la Cédéao, intervient la veille de la visite du président Bah N'Daw à Paris (lire encadré). Comment réagit l'opposition à cette annonce ?

Il faut que la junte militaire dessert son étau sur les institutions. nous ne sommes pas rassurés sur leur façon de faire. Aujourd'hui, des citoyens sont enlevés, sont empêchés de manifester, sont arrêtés, sont séquestrés. Et ça c'est l'oeuvre de la junte militaire.

Choguel Maiga, le président du comité stratégique du M5-RFP: «Les Maliens se posent beaucoup de questions»

■ Le président N'Daw à Paris, un signal fort envoyé par la France

Le sommet du G5 Sahel aura lieu dans trois semaines, les 15 et 16 février prochains, à N'Djamena. Pour préparer ce rendez-vous, Emmanuel Macron reçoit depuis mi-janvier ses homologues sahéliens. Après Idriss Déby la semaine dernière, c'est au tour de Bah N'Daw le président de transition de malien d'être reçu ce mercredi à l'Élysée. Cette visite inattendue est un signal fort envoyé par la France aux nouvelles autorités maliennes.

C'est accompagné d'une partie de son cabinet et de son ministre des Affaires étrangères que le président de transition malien a atterri hier à Paris. Bah N'Daw sera reçu à l'Élysée en début d'après-midi pour un déjeuner de travail avec Emmanuel Macron. Une entrevue qui s'inscrit dans la lignée des rendez-vous avec les présidents Ghazouani, Issoufou et Déby, minimise-t-on dans l'entourage du président français.

Sauf que cette visite n'est pas si anodine. C'est la première fois que Bah N'Daw sera reçu par le président d'un pays hors Cédéao. L'Élysée a même décidé pour l'occasion d'ouvrir la cour du palais présidentiel à la presse et d'officialiser sa venue par un communiqué. En l'accueillant avec maints égards, Paris offre ainsi une sorte de reconnaissance internationale à un président qui a été propulsé à la tête du pouvoir malien par une junte militaire.

Y a-t-il eu des engagements de Bamako en échange ? Les autorités maliennes ont annoncé hier soir la dissolution du CNSP, l'organe formé par les militaires qui avait renversé Ibrahim Boubacar Keita en août dernier. C'était une demande de la Cédéao. En début de semaine, une délégation ministérielle s'est rendue à Kidal pour relancer notamment les accords de paix d'Alger. Or, Paris milite depuis des années pour leur mise en œuvre rapide. De quoi certainement satisfaire la France à la veille de cette visite.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.