Afrique: Cyclone Eloïse - Six morts et des milliers de personnes sans foyer au Mozambique

Cyclone Eloise
26 Janvier 2021

Des milliers de personnes étaient, mardi, sans foyer dans le centre du Mozambique après le passage du cyclone Eloïse, dans une région déjà dévastée par la tempête tropicale Chalane il y a trois semaines.

Ces zones avaient également été dévastées par le passage du cyclone Idai il y a moins de deux ans. Selon l'ONU, le Mozambique, mais également l'Afrique du Sud et le Zimbabwe sont sous l'eau.

« Selon les chiffres préliminaires du gouvernement mozambicain, au moins six personnes ont été tuées, dont un enfant de moins de 2 ans, et douze ont été blessées », a déclaré lors d'un point de presse en visioconférence depuis Genève, Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA).

Le bilan pourrait augmenter dans les jours à venir, « à mesure que de plus amples informations seront disponibles et que l'étendue des dégâts sera mieux connue », a-t-il ajouté.

Le cyclone a touché terre dans la nuit de vendredi à samedi dans la zone côtière du centre du Mozambique, à environ soixante kilomètres de Beira, provoquant des rafales de vent allant jusqu'à 150 km/h et des pluies torrentielles et des inondations. Sur le terrain, les organismes des Nations Unies sont sur le terrain et soutiennent la réponse nationale aux catastrophes au Mozambique.

142.000 hectares de terres agricoles détruits par le cyclone

« Pr Près de 8.300 personnes ont été déplacées et près de 9.000 maisons et 26 centres de santé ont été détruits, endommagés ou inondés », a souligné le BCAH, citant dans un communiqué des chiffres du gouvernement mozambicain.

Selon les équipes de secours et des organisations humanitaires, « plus de 176.000 personnes ont été touchées par le cyclone et les inondations au Mozambique », a ajouté M. Laerke.

Environ 142.000 hectares de terres agricoles ont été détruits par le cyclone. « Ce qui suscite des inquiétudes quant à la récolte annuelle prévue pour le mois d'avril ». « Une fois de plus, ces chiffres pourraient augmenter lorsque nous obtiendrons davantage de résultats d'évaluation », a précisé le porte-parole d'OCHA.

Trente-deux centres d'hébergement pour les personnes déplacées ont été ouverts dans la province de Sofala, fortement touchée, y compris dans la ville de Beira. Les personnes hébergées dans ces centres ont reçu une assistance des autorités mozambicaines.

Avec ses partenaires, l'ONU soutient les efforts de secours menés par le gouvernement. Les Nations Unies fournissent de la nourriture, des soins de santé et des installations sanitaires et promeut de bonnes pratiques d'hygiène et de prévention contre la Covid-19.

640 tonnes de vivres disponibles dans un entrepôt du PAM

L'ONU travaille également rapidement pour évaluer la situation et répondre aux besoins les plus immédiats des personnes affectées en fournissant des vivres, de l'eau potable ainsi que des services de santé, d'assainissement et du matériel de prévention pour le coronavirus.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) indique que davantage de ressources sont nécessaires de toute urgence, étant donné qu'il répond également au conflit à Cabo Delgado et à l'impact récent de la tempête tropicale Chalane.

Sur le terrain, le Programme alimentaire mondial (PAM) a mobilisé, avant la tempête, des stocks d'urgence pour venir en aide à 100.000 personnes. Dans le cadre d'une réponse immédiate, un total de 640 tonnes de nourriture est disponible dans l'entrepôt central du PAM à Beira.

Cette aide peut être transportée par camion dans les zones touchées de la province de Sofala et dans le centre sud de Maputo, la capitale mozambicaine. Mais ces ressources sont destinées à la réponse du PAM pendant la période de soudure mais peuvent être utilisées pour fournir une assistance vitale aux personnes touchées par le cyclone tropical Eloise.

Pour l'agence onusienne, le cyclone tropical intervient à un moment très difficile dans ce pays. « La période de janvier à mars est le point culminant de la période de soudure, lorsque les gens ont le plus de mal à trouver de la nourriture », a déclaré Tomson Phiri, le porte-parole du PAM.

Le cyclone a aggravé une situation alimentaire déjà précaire

Selon l'agence onusienne, les dernières statistiques sur l'insécurité alimentaire aiguë et la malnutrition aiguë indiquent que plus de 2,9 millions de personnes sont confrontées à des niveaux élevés d'insécurité alimentaire. Et les plus touchées se trouvent dans les zones rurales et urbaines des provinces du sud, du centre et du nord.

Plus largement, l'ampleur des besoins sera révélée lorsque les évaluations en cours seront terminées. « Mais les premières indications montrent que la tempête a encore aggravé la situation précaire de la sécurité alimentaire dans la province de Sofala », a ajouté M. Phiri, relevant que les populations mozambicaines ont besoin d'une aide alimentaire dès maintenant pour faire face à la situation. Elles auront aussi besoin d'un soutien pour rétablir leurs moyens de subsistance.

A noter que la dépression s'est ensuite déplacée vers l'Afrique du Sud, apportant de fortes précipitations au nord du pays, ainsi qu'au sud du Zimbabwe et à l'est du Botswana.

Au Zimbabwe, les fortes pluies ont provoqué des inondations, des noyades, des coulées de boue et la destruction d'infrastructures dans plusieurs provinces, selon le département des services météorologiques du gouvernement.

En Afrique du Sud, de fortes pluies et des inondations ont été signalées. Des cours d'eau ont débordé et provoqué des inondations.

Eswatini a connu des précipitations depuis le 23 janvier et que la plupart des rivières du pays sont inondées. La tempête a endommagé plusieurs routes et ponts dans ce pays.

Au Botswana, des pluies abondantes sont également attendues dans les prochains jours.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.