Burkina Faso: Economie informelle - Le ministre Salifo Tiemtoré prône la cohésion entre les acteurs

26 Janvier 2021

Le ministre de la Jeunesse, de la Promotion de l'entrepreneuriat et de l'Emploi, Salifo Tiemtoré, a échangé avec les acteurs de l'économie informelle sur les préoccupations du secteur et les orientations de son département, le lundi 25 janvier 2021, à Ouagadougou.

Le devoir d'être à l'écoute des acteurs- clés de son département, Tel est le sens que le ministre de la Jeunesse, de la Promotion de l'entrepreneuriat et de l'Emploi, Salifo Tiemtoré, a donné à la rencontre d'échanges qu'il a eue avec la faîtière du secteur informel, à savoir le Conseil national de l'économie informelle (CNEI), le lundi 25 janvier 2021, à Ouagadougou.

Selon le ministre Tiemtoré, cette rencontre de prise de contact après sa reconduction à la tête du département de la jeunesse, de la promotion de l'entrepreneuriat et de l'emploi, vise à discuter avec les acteurs de l'économie informelle sur leurs préoccupations et à décliner la vision de son ministère.

Ce cadre a été une tribune pour le CNEI de soumettre leurs préoccupations à leur ministre de tutelle. Il s'agit, entre autres, de la mise en place d'une ligne budgétaire pour son fonctionnement, de la prise en compte des acteurs de l'économie informelle dans les missions d'affaires et de partage d'expériences, de l'accompagnement pour l'implantation de ses démembrements aux niveaux provincial et communal et du plaidoyer auprès des partenaires techniques et financiers pour le financement des projets du conseil.

« Notre principale préoccupation est la prise en compte et la consultation des acteurs de l'économie informelle par les différents ministères et institutions à travers les cadres de concertation et définition des politiques publiques, les projets et programmes de développement », a insisté le président du CNEI, Salifou Nikiéma. Pour le ministre Tiemtoré, le secteur informel joue un rôle important dans l'économie nationale.

Son département, a-t-il souligné, remplira sa mission en matière d'organisation, d'encadrement des acteurs de l'économie informelle, de renforcement de leurs capacités et de leur accompagnement dans le processus de transition vers le formel.

Sur la question du budget de fonctionnement de la faîtière de l'économie informelle, le patron du département en charge de la promotion de l'entrepreneuriat et de l'emploi, s'est engagé à y répondre favorablement. Pour ce qui est de la prise en compte des acteurs de l'informel dans les missions d'affaires, le ministre a promis de soumettre la doléance à qui de droit.

S'agissant de la prise en compte du CNEI par les autres départements ministériels, il a indiqué que cela a déjà été acté par le Premier ministre qui, en 2020, avait adressé une correspondance à ce sujet aux différents ministres. Le ministre Tiemtoré a invité les acteurs de l'informel à la mutualisation de leurs forces, à la cohésion, à la responsabilité afin de mériter la considération qu'ils ont droit d'attendre des autorités. « Il vous appartient de vous faire respecter par le sérieux dans le travail », a-t-il conclu.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.