Afrique: Joe Biden dans la continuité de Barack Obama

A contre-courant de Donald Trump, le nouveau président américain, le démocrate Joe Biden, s'installe dans la continuité de la politique de Barack Obama en Afrique.

De tous les présidents américains, de ces deux dernières décennies, Donald Trump reste celui qui n'aura pas effectué un seul voyage officiel en Afrique, obsédé par la menace chinoise. Avec Joe Biden, ce sera le retour des Etats-Unis en Afrique, malgré que le continent n'a pas fait partie des thèmes focaux du candidat. Cependant, il s'était adressé aux diasporas africaines, en termes de « relation plus équitable » et s'était engagé à relancer le programme Young african leaders de Barack Obama, dont il était le vice-président. Il avait aussi évoqué la fin de la restriction des visas, notamment aux ressortissants du Nigeria, de la Somalie et du Soudan.

A propos de l'Afrique, le nouveau président américain a nommé Adewale Adeyemo « Wally », 39 ans, un ancien conseiller économique de Barack Obama au poste de secrétaire adjoint au Trésor et la jeune Osaremen Okolo, 26 ans, comme conseillère pour la risposte de la Covid-19. Leurs parents respectifs d'origine nigériane. C'est un signal plutôt positif à l'Afrique d'obédience anglophone. A travers certaines nominations on est tenté de dire que la politique africaine de Joe Biden s'inscrit dans la continuité de celle de Barack Obama. En ce qui concerne le nouveau patron de la diplomatie américaine, il a travaillé avec Bill Clinton et Barack Obama. Il s'agit d'Anthony Blinken, 58 ans, un francophone qui a effectué une partie de ses études à Paris. Le remplaçant de Tibor Nagy au poste de secrétaire d'Etat adjoint aux Affaires étrangères est très attendu. Les sujets africains immédiats pour la nouvelle administration américaine pourraient être le conflit éthiopien, le Soudan, le Sahara occidental, la lutte contre le djihadisme au Sahel, la Libye.

Dans le cadre commercial, c'est Samantha Power, une ancienne collaboratrice de Barack Obama, très impliquée en Libye, aujourd'hui à la tête de l'Usaid, l'agence américaine pour le développement international, quipourrait être maintenue à ce poste. Dans le domaine de la sécurité, c'est Dana L. Banks, une spécialiste de l'Afrique de l'ouest, qui a été nommée à la tête du Conseil de sécurité nationale pour l'Afrique. On s'attend à l'amélioration des facilités commerciales aux pays africains, à travers l'African growth and opportunity act, la loi sur la croissance et les opportunités africaines, qui donne droit à 39 pays africains d'exporter vers les Etats-Unis sans droits douaniers, jusqu'en 2025. Des négociations sont enviagées du fait de l'entrée en viguer de la Zone de libre-échange continentale africaine).

Joe Biden est revenu sur le « Muslim Ban », le decret migratoire interdisant l'entrée sur le sol américain aux ressortissants musulmans, dont un nombre important de pays africains. Il a signé 17 decrets qui marquent ainsi la rupture avec l'administration de Trump. L'une porte sur la lutte contre le racisme dans les institutions publiques, il a demandé une évaluation des inégalités aux agences fédérales. Aussi s'est-il engagé à offrir aux jeunes étrangers illégaux aux Etats-Unis ou en situation irrégulière la possibilité d'être naturalisés. Joe Biden a également nommé Mahmoud Bah, d'origine guinéenne, à la tête du Millenium challenge Corporation(MCC), une organisation chargée de fournir des subventions et une assistance à une vingtaine de pays africains. Le MCC revendique une approche innovante de l'Aide publique au développement.

A La Une: Afrique

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.