Afrique: Quand les écoles deviennent inaccessibles, une lueur d'espoir dans un atelier pratique de codage

Atelier pratique sur le codage

De temps en temps, un article fait la une parmi les nouvelles concernant la pandémie de COVID-19 qui offrent un aperçu d’espoir dans la mer des données déprimantes sur les hospitalisations et les décès. Début décembre,  atelier pratique de 10 jours sur le codage  pour plus de 2 000 jeunes filles de toute l’Afrique a été organisé par la Commission économique pour l’Afrique et l’Union internationale des télécommunications. La majorité de la formation s’est tenue virtuellement. Ces filles venaient de différents milieux socio-économiques pour apprendre la programmation informatique, l’Internet des objets, la technologie Turtle Stitch, l’IA, le développement des sites et une bonne dose de droits humains et d’entrepreneuriat, entre autres. Les formateurs, originaires de toute l’Afrique, les ont ensuite mis au défi de développer des applications pour résoudre les problèmes qu’elles ont rencontrés ou observés en raison de la COVID-19. Les résultats ont été phénoménaux, non seulement au niveau technique, mais aussi au niveau du travail d’équipe et de la collaboration, des fondations entrepreneuriales, du renforcement de la confiance dans la communication orale et écrite, etc.

En tant qu’ancien directeur d’école devenu universitaire, toute ma carrière, j’ai été dans le domaine de l’éducation et de ses mécontentements. Mais à aucun moment la complexité de l’accès équitable à l’école n’a été plus urgente que pendant la pandémie de COVID-19. Pendant des décennies, avant la COVID-19, les éducateurs et les décideurs politiques en Afrique ont été confrontés à de nombreux problèmes et choix concernant la construction d’écoles - de nouvelles écoles ; l’équité ; améliorer l’accès des filles, des personnes marginalisées, des personnes vulnérables et en général de celles qui en ont besoin et des expériences avec des ordinateurs portables dans les écoles. Ensuite, même lorsque l’accès est possible, il y a la question de la qualité et de la pertinence du programme éducatif et de la garantie que les compétences et les connaissances enseignées dans les écoles correspondent aux compétences nécessaires sur le marché du travail. Sur ce terrain, certains ont avancé l’argument malheureux selon lequel les STEM sont plus importants que les sciences humaines - dénigrant même l’importance des sports, des arts et de la créativité.

Pour les petites filles dans la plupart des pays africains, l’accès à l’éducation n’a jamais toujours été garanti. Mais grâce à des cadres tels que le Programme d’action de Pékin, il est prudent de dire que de modestes progrès ont été accomplis. Pourtant, il n’y a guère de rassemblement d’experts des Nations Unies, d’OSC et d’autres experts qui craignent de ne pas être sur la bonne voie pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030. Dans la pléthore de priorités, les pays africains continueront probablement à lutter pour « assurer une éducation inclusive et équitable de qualité et promouvoir des opportunités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous » d’ici 2030 (ODD 4) pendant longtemps - pour les filles et les garçons et ce n’est pas difficile de voir la raison.

Alors que le COVID-19 fait des ravages dans le monde entier, les estimations de l’UNESCO sur la perte d’apprentissage suggèrent que 25% d’élèves en plus pourraient tomber en dessous du niveau de compétence de base nécessaire pour participer de manière efficace et productive à la société et aux futures opportunités d’apprentissage. À l’échelle mondiale, 23,8 millions d’enfants, d’adolescents et de jeunes de l’éducation pré primaire à celle du tertiaire entrent peut-être dans la nouvelle année dépourvus d’éducation. Ils peuvent se retrouver dans la situation d’abandonner ou de ne pas avoir accès à l’école en raison du seul impact économique de la pandémie, notamment 11,2 millions de filles et de jeunes femmes. Le rapport de l’UNESCO est encore plus sombre et prévoit que jusqu’à 20 millions de filles et de jeunes femmes dans les Pays à revenu faible ou intermédiaire seront dépourvues d’éducation. En Afrique, la situation est encore plus désastreuse, comme le révèle le rapport 2020 de l’UNESCO sur les mesures éducatives en temps de COVID-19 (COVID-19 Education Response 2020 report), un pourcentage plus élevé de filles à tous les niveaux d’éducation est susceptible d’être affecté (1,99%), par rapport aux garçons (1,90%). En outre, l’enseignement pré-primaire sera le plus durement touché, le taux de scolarisation devant baisser de 7,9% tant pour les garçons que pour les filles. Les étudiants vivant dans la pauvreté et la marginalisation et ceux touchés par les conflits et les migrations sont les plus durement touchés. Cela devrait rendre tout décideur politique nerveux. En effet, c’est une réalité effrayante pour combattre les retombées économiques de la pandémie ou pour ceux qui sont contraints de faire des choix qui réduisent l’avenir de leurs enfants.

Et c’est là que l’atelier pratique de codage est encourageant. L’initiative est un exemple de ce que les établissements peuvent faire pour améliorer l’accès à l’apprentissage lorsque les écoles sont inaccessibles. Le codage donne du pouvoir. Il offre une lueur d’espoir et ouvre des possibilités aux jeunes filles confrontées à des défis incalculables, notamment la prise en charge des fardeaux domestiques, la dépression, les problèmes de santé mentale et les abus dans des conditions de COVID-19.

Offrir à tous une éducation de qualité et équitable est un défi dans le meilleur des cas. Rebâtir plus solide après les moments difficiles dans lesquels nous nous trouvons, il faudra une innovation massive pour réaliser les nombreuses diverses opportunités, y compris dans les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques durables, pour stimuler l’industrialisation du continent. L’atelier pratique de codage nous donne un aperçu de ce qui est possible lorsque des efforts sont faits pour créer des opportunités pour les filles et les jeunes femmes.

Dans la perspective de 2021, j’ai deux souhaits. La première consiste à voir davantage d’institutions conjuguer leurs efforts et s’associer aux écoles et communautés locales à travers le continent pour créer des ateliers pratiques à petite échelle pour les étudiants défavorisés. Les entreprises de télécommunications peuvent offrir une bande passante gratuite pour faire du codage une réalité et soutenir des méthodes d’apprentissage innovantes pour empêcher les étudiants de décrocher et d’être des victimes de la déscolarisation.

Le deuxième souhait est un mouvement qui consiste à voir plus d’individus apporter de l’espoir aux enfants qui sont contraints d’abandonner l’école. Qu’il s'agisse de contribuer aux frais de scolarité, de mentorat et de jouer un rôle de modèle, nous pouvons tous en tant qu’individus, dans nos propres communautés, garder nos jeunes et nos enfants engagés dans l’apprentissage et l’éducation formelle. En plus des politiques gouvernementales progressistes, un mouvement qui entreprenne des actions locales devra réduire les données de l’UNESCO au pourcentage requis.


Plus de: UNECA

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.