Algérie: Blinken - Les incitations intégrées dans les accords de normalisation méritent un "examen attentif"

Washington — Le chef de la diplomatie américaine, Anthony Blinken, a déclaré que certaines des incitations incluses dans les accords dits "d'Abraham" liés à la normalisation des relations de certains pays arabes avec l'entité sioniste méritaient de faire l'objet d'un "examen attentif", en référence implicite à, entre autres avantages accordés par Trump, la reconnaissance de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.

Les dits "accords d'Abraham" qui ont permis à l'administration de l'ancien président Donald Trump de normaliser les relations de certains pays arabes avec l'entité sioniste doivent être "examinées attentivement", a déclaré le nouveau locataire du département d'Etat, dont les propos ont été rapportés par le New York Times. Antony Blinken s'exprimait au cours de son audition de confirmation au Sénat américain.

Citant Ann Patterson, ancienne diplomate américaine, le New York Times a indiqué que certaines des politiques que M. Blinken examine actuellement, sont des décisions prises dans les derniers jours de l'administration Trump, et qui étaient "clairement conçues pour assiéger" le président Biden.

"Mme Patterson, qui a été ambassadrice sous les administrations Obama et George Bush, et secrétaire d'Etat adjoint pour le Moyen-Orient de 2013 à 2017, a déclaré que "M. Blinken doit également annuler certaines des décisions de l'ancien président républicain.

Le sénat américain a confirmé mardi, la nomination d'Antony Blinken au poste de secrétaire d'Etat avec une large majorité de 78 voix contre 22.

Plusieurs personnalités politiques aux Etats-Unis et dans d'autres pays ont signalé le caractère illégal de l'annonce faite par le 45 ème président américain, rappelant que le Sahara occidental était considéré par les Nations unies comme un territoire non autonome.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.