Congo-Kinshasa: Kassim Diagne nommé représentant spécial adjoint de la MONUSCO

Le Sénégalais Khassim Diagne a été nommé par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, représentant spécial adjoint pour la protection et les opérations au sein de la Mission de l'Organisation de l'Onu pour la stabilité de la République démocratique du Congo (Monusco).

Il s'agit de la plus importante mission des Nations unies. Kharim Diagne succède à l'Américain David Gressly. Il arrive à ses nouvelles responsabilités avec plus de 25 années dans la protection des réfugiés, les affaires politiques, la gestion et le contrôle. Depuis 2017, il était le directeur de l'Unité politique, maintien de la paix, humanitaire et droits de l'homme au cabinet du secrétaire général de l'Onu, un poste stratégique, après avoir été représentant régional du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) aux États-Unis et dans les Caraïbes.

Kharim Diagne a également occupé d'autres postes avant, au sein du HCR, notamment en tant que représentant au Libéria et au Cameroun, représentant adjoint au Pakistan et des postes clés en Côte d'Ivoire, au Rwanda, au Kenya et en Somalie, ainsi que des postes de haute direction et de direction au siège du HCR à Genève, en tant que chef du Service de gouvernance et de partenariat et secrétaire du Comité exécutif pendant les préparatifs du soixantième anniversaire de la Convention de 1951 sur les réfugiés. Il a été chargé des affaires politiques au Bureau du représentant spécial du secrétaire général pour la région des Grands Lacs et membre de l'équipe conjointe ONU-UA qui a organisé, en 2004, la première Conférence internationale sur la paix, la sécurité, la démocratie et le développement dans la région des Grands Lacs.

La Mission de l'Organisation des Nations unies en RDC (Monuc), devenue la Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation en RDC (Monusco), le 1er juillet 2010. C' est une mission de maintien de la paix en RDC de l'ONU. Elle a été créée par la résolution12792 du Conseil de sécurité du 30 novembre 1999. Son budget annuel est d'environ 1,5 milliard de dollars. La Monusco compte 14000 militaires, 1200 policiers et 2600 civils. Depuis 2020, elle a vu le nombre de ses militaires baisser et celui de ses policiers augmenter. Un rapport onusien a proposé un retrait sur trois ans de Casques bleus déployés en RDC.

"La Monusco n'a pas vocation à rester indéfiniment en RDC. Elle a été précieuse dans la pacification de la RDC", a déclaré le président Félix Tshisekedi dans son récent message à la Nation. Dans sa résolution, le Conseil de sécurité a souligné "la nécessité de progressivement transférer des missions de la Monusco au gouvernement". A Kisangani et à Matadi, la mission a fermé ses bureaux.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.