Congo-Kinshasa: 367 Députés destituent, Sylvestre Ilunga proteste !

Le président congolais Félix Tshisekedi (d.) et Sylvestre Ilunga Ilunkamba, en mai 2019 à Kinshasa (illustration).

Les Députés acquis à la cause de l'Union sacrée ont, finalement, mis en exécution leur motion de censure. Hier, en effet, après la lecture des motifs de la motion, ils ont refusé tout débat et exigé immédiatement le vote.

Mais, le Président du Bureau d'Age, répondant aux Députés pro-FCC, a dit qu'il ne s'attribuait nullement des compétences indues. Allusion faite notamment, au dernier arrêt de la Cour Constitutionnelle à ce sujet. Et, pourtant, quelques heures auparavant, dans une correspondance lui adressée, le Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba qui, en définitive, a été destitué hier, mercredi 27 janvier 2021, lui rappelait que la champ des compétences d'un Bureau d'Age était bien limité à la gestion des affaires courantes. Et que, seul, le Bureau définitif dont l'élection et l'installation sont fixées au 3 février 2021 était, selon lui, qualifié pour soumettre à l'examen des Députés, le traitement d'une telle motion. Dans entre-temps, bien au-delà des écrits et des paroles, la dynamique de la salle à l'Assemblée Nationale, au Palais du Peuple, avec 367 Députés votant pour le destitution, en aura décidé autrement, l'histoire s'écrivant, décidément, au gré de vagues.

Ultime cri

"En vertu du Règlement Intérieur de l'Assemblée Nationale et à la lumière des arrêts récents rendus par la Cour Constitutionnelle, le champ des compétences du Bureau d'Age ne peut aucunement excéder le cadre de la gestion des affaires courantes. Le Bureau d'Age est tenu, en revanche, d'organiser dans les délais les brefs délais le scrutin pour l'élection du Bureau Définitif, seul doté des pouvoirs de plein exercice pour diligenter la procédure et instrumenter les actes" liés notamment, à toute motion, fut-elle de censure ou de toute autre nature. Il n'y a que dans ces conditions-là que Sylvestre Ilunga Ilunkamba, en tant que Premier Ministre, se tiendrait à la disposition du Bureau Définitif.

Conscience et Responsabilité

"Manœuvre politicienne sans fondement factuel. Mépris des exigences de l'Etat de Droit. Principes élémentaires de la République bafoués. Constitution désacralisée par des violations récurrentes". Tels sont des bouts des phrases de Sylvestre Ilunga Ilunkamba tirés de sa réponse au Bureau d'Age que dirige Christophe Mboso N'kodia Puanga, depuis la chute de l'équipe Mabunda.

Interrogeant sa conscience et sa responsabilité d'Homme d'Etat, il prend l'opinion tant nationale qu'internationale sur le caractère paradoxal de cette motion de censure.

Reniement ?

"En effet, il y a à peine un mois, l'Assemblée Nationale avait voté massivement, avec plus de 380 voix, la Loi des Finances pour l'exercice 2021. Par cet acte, nos Honorables Députés Nationaux apportaient un soutien exceptionnel au Gouvernement de la République. Voilà qu'aujourd'hui, certains Députés reviennent à la charge pour adresser une motion de censure au même Gouvernement ! Nous comprenons que des pesanteurs politiciennes ont pris le dessus sur les principes cardinaux de la République", rappelle-t-il.

Aussi, par déférence pour les Honorables Députés Nationaux, Représentants légitimes du peuple congolais, a-t-il estimé approprié de formuler ces quelques réponses résumées en six points pour dissiper tout malentendu et, surtout, pour éclairer la religion de tous ceux qui, en ce temps des enjeux politiques multiples et complexes, veulent bien connaître sa position face au contenu de cette motion de censure.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.