Centrafrique: Un expert de l'ONU salue la remise d'un ancien chef de milice à la CPI

27 Janvier 2021

Un expert de l'ONU a salué, mercredi, que la remise par la République centrafricaine (RCA) à la Cour pénale internationale (CPI) d'un ancien commandant de milice soupçonné de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Dimanche, Mahamat Said Abdel Kani, un ancien responsable du groupe armé centrafricain Séléka a été remis par les autorités centrafricaines à la CPI où il doit être jugé pour des crimes commis en 2013 à Bangui et dont il serait responsable.

Pour l'Expert indépendant sur la situation des droits de l'homme en RCA, Yao Agbetse, la remise de ce suspect à la CPI constitue un avertissement fort aux groupes rebelles, aux acteurs politiques et autres qui prospèrent en toute impunité dans le pays d'Afrique centrale.

« Le transfert de Mahamat Said Abdel Kani, le 24 janvier, envoie un message fort. La justice est un pilier essentiel du processus de paix et de réconciliation en cours et de la construction de l'État de droit », a déclaré M. Agbetse dans un communiqué.

L'expert voit dans ce transfert un acte important dans la lutte contre l'impunité et la quête de justice pour les victimes de violations massives des droits de l'homme et du droit international humanitaire en RCA.

La CPI avait émis un mandat d'arrêt contre Mahamat Said Abdel Kani, soupçonné d'être responsable de crimes tels que la torture, la persécution et la disparition forcée commis dans la capitale centrafricaine Bangui en 2013. La Cour, qui siège à la Haye, aux Pays-Bas, a estimé qu'il y avait des motifs raisonnables de croire que, sous son commandement, la coalition rebelle à prédominance Seleka avait mené des attaques généralisées et systématiques contre la population civile et d'autres personnes telles que les milices anti-balaka.

M. Agbetse a déclaré qu'il encourageait les enquêtes de la CPI et du Tribunal pénal spécial (TPS) centrafricain sur les personnes et entités figurant sur la liste du Comité des sanctions du Conseil de sécurité des Nations Unies. Il soutient égalementent les enquêtes en cours visant à arrêter les responsables présumés de violations des droits de l'homme et du droit humanitaire international, notamment les dirigeants de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), responsables des récentes violences en RCA, et leurs partisans.

« J'appelle les autorités de la République centrafricaine à créer les conditions qui permettront de mettre fin à l'impunité et de rendre justice aux victimes », a déclaré l'expert indépendant.

Note :

Les Experts indépendants des Nations Unies font partie de ce qui est désigné sous le nom des « procédures spéciales » du Conseil des droits de l'homme. Les procédures spéciales, l'organe le plus important d'experts indépendants du Système des droits de l'homme de l'ONU, est le terme général appliqué aux mécanismes d'enquête et de suivi indépendants du Conseil qui s'adressent aux situations spécifiques des pays ou aux questions thématiques partout dans le monde. Les experts des procédures spéciales travaillent à titre bénévole. Ils ne font pas partie du personnel de l'ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants des gouvernements et des organisations et ils exercent leurs fonctions à titre indépendant.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.