Mali: Peuls et Dogons, des accords pour la paix ?

Bandiagara, une ville située sur un plateau central semi-aride du Mali, peuplée principalement par des agriculteurs Dogons.
27 Janvier 2021

Des représentants de ces deux communautés dans le cercle de Koro ont signé trois accords de paix. Ces accords ne sont pas les premiers.

Des représentants des communautés peule et dogon dans le cercle de Koro sont parvenus à la signature de trois accords de paix après quatre mois de négociations.

C'est le Centre pour le dialogue humanitaire, une ONG suisse, qui a été à l'initiative de cette médiation dans ce cercle, frontalier du Burkina Faso. Cette région est régulièrement le théâtre de violences communautaires.

A l'issue de cet accord, les représentants peuls et dogons se sont engagés à œuvrer pour la paix "en pardonnant tous les actes passés et en diffusant des messages de cohésion et d'apaisement".

Les tireurs de ficelles

La communauté peule salue ces accords et assure vouloir s'engager dans la promotion de la paix.

Hamadoune Dicko, président d'une association peule, redoute néanmoins que la haine entre les communautés continue d'être manipulée :

"Chacun a son agenda. Ce n'est pas parce que certains ont signé pour la paix que les autres vont accepter. Soit parce qu'ils ne sont pas associés, soit parce qu'ils ne sont pas pour la paix, parce qu'ils vivent de cette crise", explique ce président d'une association peule. Il croit que "Si c'est un peul qui part dans un village dogon tuer une seule personne parce qu'il voulait voler, on dira que des Peuls ont attaqué un village, il y aura des représailles. Il y a des tireurs de ficelles partout".

Les djihadistes profitent de ces dissensions entre communautés peule et dogon pour renforcer leur présence.

La milice d'auto-défense dogon Dan Nan Ambassagou, officiellement dissoute, est aussi toujours active. Elle est accusée de massacres dans les villages peuls.

Absence de l'Etat malien

La cohabitation était déjà difficile entre ces communautés avant les attaques djihadistes, indique un acteur très au fait des violences entre Peuls et Dogons. Il déplore aussi l'absence d'un Etat malien médiateur.

Selon le politologue Djatourou Diawara, qui a travaillé dans le centre du Mali ces dernières années, il faut continuer à dialoguer et négocier.

"Le centre du Mali est tombé dans un puits assez profond", observe-t-il. Le politologue indique alors que "Seul le dialogue peut résoudre cette situation. Force est de constater qu'il y a eu beaucoup d'accords signés entre les deux communautés depuis que ces exactions ont commencé. Mais ce cessez-le-feu a toujours été violé soit par un camp soit par l'autre".

Les accords de paix signés par le Centre pour le dialogue humanitaire prévoient aussi la libre circulation des personnes, des biens et du bétail, le respect des us et coutumes de tous ou encore la facilitation de la fréquentation des villages et des marchés par toutes les communautés.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.