Cote d'Ivoire: Concours du "meilleur centre de santé, ami des jeunes" - Les SSSU-SAJ de Marcory, Abobo-Nord et Adjamé-Est distingués

27 Janvier 2021

Le service de santé scolaire et universitaire, santé adolescents et jeunes (Sssu-Saj) du district sanitaire de Marcory a remporté le concours du "meilleur centre de santé, ami des jeunes." Les Sssu-Saj d'Abobo-nord et Adjamé-Est sont arrivés respectivement en deuxième et troisième position.

Les lauréats du concours ont reçu de nombreux lots en récompense, le 26 janvier 2021, à Abidjan-Angré, en présence des autorités sanitaires qui pilotent les différents programmes relatifs à la santé adolescents et jeunes. En plus des Sssu-Saj distingués, les jeunes évaluateurs ont aussi reçu des attestations d'encouragement pour le travail effectué. Ce concours constitue un pan du projet « Ma réalité » lancé en septembre 2019 pour une durée de 16 mois.

Le concours du « meilleur centre de santé, ami des jeunes » constitue l'un des trois axes d'intervention dudit projet. Les deux autres axes d'intervention sont la production de supports décrivant la « vraie réalité » des jeunes et l'interpellation politique basée sur les vraies réalités des adolescents et jeunes.

S'agissant du concours, il faut indiquer que cette évaluation n'avait pas pour but exclusif de décerner des prix. Mais de regarder de face, les forces et les faiblesses pour les améliorer en vue de faciliter l'accès des jeunes aux services Sssu-Saj.

Tout ce qui touche à la santé, dira M. Tany Emmanuel, conseiller technique représentant le ministre de la Santé et de l'Hygiène Publique interpelle le premier responsable de ce département, le ministre Eugène Aka Aouelé. Surtout qu'il s'agit des jeunes a insisté M. Tany. « J'ai eu la chance de suivre le travail avec l'équipe des 20 jeunes évaluateurs. Quand les structures sanitaires qui s'occupent des jeunes sont évalués par les jeunes, eux-mêmes qui les pratiquent, cela dénote d'une véritable réalité de ce qu'on vit dans ces environnements », a-t-il soutenu.

Poursuivant, le représentant du ministre a exhorté l'Association des femmes juristes de Côte d'Ivoire (l'Afjci), l'Association de soutien à l'autopromotion sanitaire urbain (Asapsu) et la Mission des jeunes pour l'éducation, la santé, la solidarité et l'inclusion (Messi) à aider les programmes du ministère. Ces trois associations bénéficient dans le cadre du projet « Ma réalité » de l'appui d'Equilibres et Population.

Citant en bonne place, le programme chargé de la santé en milieu scolaire et universitaire et aussi le programme mère-enfant. « Il est très bon d'avoir de tels appuis de sorte que le ministère de la Santé et de l'Hygiène Publique, dans sa vocation générale puisse atteindre son objectif de prodiguer des soins de qualité à toute la population ivoirienne », a-t-il salué.

Pour sa part la président de l'AfjCi, Me Assa Simone dont l'Association fait partie du consortium qui conduit le projet, l'activité qui a consisté pour les jeunes d'évaluer les centres de santé méritait d'être vécue par les concernés. De leur constat, l'on pourra améliorer l'accès des jeunes aux services de santé de la planification familiale afin de garantir leurs droits fondamentaux.

Il faut noter que le Sssu-Saj classé premier sera associé à une tournée de sensibilisation que va entreprendre le consortium.

Kate Hart représentant l'organisation Equilibres et Population a indiqué que sa structure est ravie de soutenir un tel projet dont l'évaluation a été faite par les jeunes. Également, elle les a salués pour avoir porté ce projet et exhorter le consortium à poursuivre dans ce sens.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.