Afrique: Système des Nations unies - Quatre Sénégalais à des postes stratégiques avec rang de secrétaire général adjoint

27 Janvier 2021

Le renouveau de la diplomatie sénégalaise sous le magistère du Président Macky Sall revêt une empreinte particulière lorsqu'il est analysé du côté des Nations unies. En deux années, on a assisté aux nominations de quatre Sénégalais dans la haute galaxie du système international onusien. Des compatriotes qui occupent des positions de très haut niveau : Mankeur Ndiaye, Fatoumata Ndiaye et Abdoulaye Mar Dièye sont secrétaires généraux adjoints, Khassim Diagne, nommé mardi, est sous-secrétaire général.

Mardi, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Gutterres, a nommé Khassim Diagne comme son représentant spécial adjoint en charge de la Protection et des opérations de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco), avec rang de sous-secrétaire général qui vient après le secrétaire général adjoint. Là-bas, il va seconder la Guinéenne Bintou Keïta, nommée il y a quelques jours pour conduire l'une des missions les plus délicates de l'Onu dans un pays soumis, dans sa partie orientale, au diktat de groupes armés aux menées meurtrières.

Khassim Diagne

Jouissant d'une longue expérience dans les domaines de la protection des réfugiés, des affaires politiques, de la gestion et du contrôle, Khassim Diagne était, depuis 2017, le directeur de l'Unité politique, maintien de la paix, de l'humanitaire et droits de l'Homme au Bureau exécutif du secrétaire général des Nations unies. Auparavant représentant régional du Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés aux États-Unis et dans les Caraïbes, représentant du Hcr au Liberia et au Cameroun et représentant adjoint au Pakistan, notre compatriote a aussi occupé des postes clés du Système des Nations unies en Côte d'Ivoire, au Rwanda, au Kenya, en Somalie et en Suisse. Khassim Diagne a été formé à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar et au Fletcher School of Law and Diplomacy de l'Université Tufts, aux États-Unis.

Abdoulaye Mar Dièye

Deux semaines avant, Antonio Gutterres, le secrétaire général des Nations unies, nommait Abdoulaye Mar Dièye coordinateur spécial pour le Développement dans le Sahel avec rang de secrétaire général adjoint. La nomination de ce macroéconomiste et expert en développement obéit, selon l'Onu, à sa volonté de « diriger les efforts collectifs, y compris pour ce qui est du financement, en vue de mettre en œuvre la stratégie intégrée des Nations unies pour le Sahel et son plan d'appui. Le but est de renforcer la réponse de l'Onu pour le développement du Sahel, en s'appuyant sur tous les atouts de l'Organisation dans la région, en engageant et en soutenant notamment les efforts du G5 Sahel, de l'Alliance Sahel, de la Plateforme ministérielle de coordination, de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), de l'Union africaine, de l'Union européenne, de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement ».

Longtemps au Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), où il a occupé diverses importantes fonctions de 2006 à 2019, le dernier étant conseiller spécial de l'Administrateur, Abdoulaye Mar Dièye avait été à plusieurs postes de direction au sein du Gouvernement sénégalais. Il est un ingénieur statisticien, économiste formé à l'Institut national de la statistique et des études économiques de Paris.

Mankeur Ndiaye

En 2019, en l'espace de huit mois, deux Sénégalais avaient été nommés à de très hautes fonctions dans le Système des Nations unies avec rang de secrétaire général adjoint.

C'est d'abord Mankeur Ndiaye qui devient, le 06 février 2019, représentant spécial du secrétaire général et chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (Minusca).

Diplômé de l'École nationale d'administration du Sénégal (Enam), section Diplomatie en 1991, il est présenté comme un diplomate aguerri qui a occupé une multitude de postes importants dans l'administration : ministre des Affaires étrangères de 2012 à 2017 ; président du Comité national de l'Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie) ; ambassadeur du Sénégal en France (2012) et au Mali (2010-2012) ; chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères (2003-2009) ; détaché à la Mission permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York (1997-2003) ; conseiller technique au cabinet du ministre d'État, ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'Extérieur, en charge de la Coopération économique, technique et financière ; chef de cabinet du ministre de l'Intégration économique africaine ; chef de cabinet du ministre de l'Économie, des Finances et de la Planification ; chef de la Division du personnel et des affaires sociales, et directeur adjoint de l'Administration et de l'équipement au ministère des Affaires étrangères.

Fatoumata Ndiaye

Toujours en 2019, précisément le 17 octobre, Fatoumata Ndiaye, était nommée chef du Bureau de l'audit interne des Nations unies.

Précédemment directrice exécutive adjointe chargée de la Gestion au Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), Fatoumata Ndiaye, formée à l'École supérieure de gestion des entreprises du Sénégal et à l'Université Paris-Dauphine en France, avant d'entrer à l'Onu en 1995, est réputée avoir de solides connaissances dans « l'audit, les investigations et l'évaluation conjuguées à de bonnes aptitudes en supervision et coordination des ressources humaines, des finances, du budget, de la technologie de l'information, des services administratifs et des opérations ».

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.