Tunisie: Victime de violences policières, un photojournaliste toujours en détention

Islam Al-Hakiri.
communiqué de presse

Le photojournaliste tunsien Islam Al-Hakiri a été arrêté le 25 janvier par un policier dans le centre de Tunis, alors qu'il prenait des photos pendant le couvre-feu. Il possédait pourtant les autorisations nécessaires pour circuler.

Dans son communiqué, le SNJT affirme que leur confrère a été agressé par le policier qui l'a contrôlé au petit matin à Tunis. Et c'est en allant déposer plainte pour violences qu'Islam Al-Hakiri s'est aperçu qu'il avait été devancé par l'agent de police pour "outrages". Il a été arrêté sur le champ, une décision confirmée ensuite par le procureur du tribunal de première instance de Tunis, sans qu'il ait été entendu une seule fois.

« Nous condamnons la violence de cet agent de police contre Islam Al-Hakiri, a déclaré Mohamed Jlassi, le président du SNJT, et la lenteur des procédures judiciaires. Nous exigeons du ministère de l'Intérieur qu'il diligente une enquête administrative contre ce fonctionnaire. »

Le Secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger, a déclaré : « Cette décision est scandaleuse et infondée car notre confrère remplissait sa mission d'informer et il possédait toutes les autorisations. Nous exigeons donc la libération immédiate et sans condition d'Islam Al-Hakiri.»

A La Une: Presse et Média

Plus de: IFJ

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.