Ile Maurice: Naufrage du Wakashio - «J'ai dit que ce n'est pas normal de venir aussi près d'une île...»

Les travaux de la cour d'investigation sur le naufrage du vraquier MV Wakashio, présidée par l'ancien Puisne Judge Abdurrafeek Hamuth, assisté de Jean Mario Geneviève, Marine Engineer et Marine Surveyor, et de Jonnhy Lam Kai Leung, Marine Surveyor, se sont poursuivis hier. Quatre autres membres d'équipage, à savoir le marin Eric Lampreya, son collègue Philippe Gwanko, Mark Martinez, Deck cadet training officer, et Mahendrabye Tandel, affecté à la cantine, ont été entendus.

Chacun des témoins a dû expliquer ses responsabilités sur le bateau, son temps de service en mer et le rôle qu'il a joué le jour où le Wakashio s'est échoué sur les récifs. Ils ont aussi été entendus sur la fête d'anniversaire de Jomar Unica, quatrième officier ingénieur à bord, qui a eu lieu sur le bateau le 25 juillet. L'assistant solicitor general, Rajkumar Baungally, leur a demandé s'ils étaient au courant de cette fête et s'ils y avaient participé. Il a voulu savoir s'ils étaient ce jour-là affectés à la surveillance du bateau.

La question cruciale tournait autour de la consommation de boissons alcoolisées. Rajkumar Baungally a voulu savoir si le capitaine Sunil Kumar Nandeshwar et le chief officer in charge, Tilak Ratna Suboda, ainsi que le chief engineer en ont consommé. L'assistant solicitor general a aussi voulu savoir si les quatre témoins savaient qu'ils allaient passer aussi près de l'île et s'ils étaient suspendus à leur téléphone pour capter le réseau.

Eric Lampreya, marin depuis 23 ans, a expliqué qu'il s'était rendu à l'anniversaire. «J'ai vu le capitaine pour une dizaine de minutes, le premier ingénieur et le deuxième officier. Habituellement je bois, mais pas jour-là. Le navire dispose de surveillance pour naviguer. La dernière fois que j'ai appelé ma famille, j'étais en Malaisie. J'ai une Advanced Info Service Sim Card. Bien que le bateau fût près de Maurice, je n'avais pas l'intention d'appeler ma famille. J'ai fait ressortir dans ma déposition que ce n'est pas normal de venir aussi près d'une île car c'est dangereux.»

L'ancien Puisne Judge Abdurrafeek Hamuth lui a demandé s'il avait vérifié si l'huile se déversait du bateau quand il s'est échoué sur les récifs. «Non, je n'ai pas vérifié cela.»

Le marin Philippe Gwanko a expliqué qu'il assure la maintenance sur le pont du navire. «Je fais de la maintenance le matin et ensuite de minuit à 4 heures, j'assure la surveillance depuis neuf ans sur différents navires. J'utilise des jumelles. Quand le temps est mauvais, je scrute le radar. Je le fais en compagnie du second officier Robert Geonzon Secuya.» Il a raconté que le jour où le bateau s'est échoué, il buvait de la bière après le dîner. «Il y avait du whisky à la cantine. Mais je ne peux vous dire qui en buvait ce jour-là. J'ai vu le capitaine pour quelques minutes seulement mais je ne l'ai pas vu boire. Je n'ai pas aperçu le Chief officer in charge ni le Chief engineer.» Il a expliqué l'importance de la surveillance en soirée. «On regarde et si jamais on s'approche d'une île, il faut que l'on vérifie s'il y des bateaux de pêche aux alentours. Ce jour-là, je ne savais pas si le bateau s'approchait de Maurice. Il n'y a pas de système CCTV sur le bateau.» Pour sa part, Mark Martinez, Deck cadet training officer, a expliqué qu'il a commencé sa formation en mars 2020. «J'ai été posté avec le Chief Officer in Charge sur le pont pour faire la surveillance. On utilisait des jumelles et le radar.»

Il a expliqué qu'il était au courant qu'il y aurait un anniversaire depuis deux semaines. «Le 25 juillet, je suis descendu au mess room pour dîner. Le Chief officer m'a demandé de ne pas assurer la surveillance ce soir-là entre 18 et 20 heures. Vers 17 h 45, il m'a dit d'aller faire la fête. J'ai vu qu'il y avait des boissons alcoolisées mais je n'ai pas bu.»

Il est monté sur le pont vers 18 h 20 pour essayer d'avoir du réseau et contacter sa famille. «Je n'ai pu capter de réseau. J'ai su que le bateau passait près de Maurice. Le Chief officer in charge m'a demandé de lui apporter une peu de pistaches. Je suis alors monté à la tour de commande vers 18 h 40. Je n'ai pas vu de lumière là-bas. Le Chief officer in charge était devant le radar et le capitaine marchait. Le bateau était sur pilotage automatique.»

Mahendrabye Tandel, employé de la cantine, a expliqué qu'il cuisine pour le capitaine, le premier ingénieur et le Chief officer. Il a dit avoir vu trois bouteilles de whisky de 750 ml dans la cantine. «Le jour de l'anniversaire, je leur ai apporté leur dîner dans la tour de commande, ainsi qu'une bouteille de whisky. Vers 18 h 30 je leur ai apporté le whisky et leur dîner vers 18 h 45. J'ai tout déposé sur place. Il n'y avait pas de lumière, sauf celle de leurs portables qui étaient allumés.»

Les travaux de la cour d'investigation reprennent le mercredi 3 février. D'autres membres d'équipage seront entendus.

A La Une: Ile Maurice

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.