Seychelles: Le pays prévoit d'administrer la deuxième dose du vaccin Covid-19, le 7 février

Le gouvernement des Seychelles envisage le 7 février comme la date à laquelle les agents de santé commenceront à administrer la deuxième dose du vaccin COVID-19 à la population, une étape qui rapprocherait la nation insulaire de son objectif d'immunité collective d'ici mars.

Le directeur général de l'Agence des soins de santé, Danny Louange, a déclaré jeudi lors d'une conférence de presse que l'administration de la deuxième dose serait plus facile car il y a moins de processus à suivre.

"Avec la première dose, il y a un formulaire de consentement qui doit être signé, la promotion de la santé doit être faite pour informer les gens sur le vaccin qu'ils prennent. Pour la deuxième dose, vous passeriez moins de temps dans un centre donc nous pourrions vacciner plus de personnes pendant la même période », a déclaré Dr. Louange.

Au 27 janvier, plus de 25 000 personnes avaient reçu une première dose d'un vaccin, ce qui représente 27% de la population totale. Le pays espère vacciner 70 000 personnes afin d'obtenir l'immunité collective ; à ce jour, 37 pour cent de cet objectif ont été atteints. Un total de 21 507 doses de Sinopharm et environ 4 000 doses de Covishield ont été administrées.

« À ce jour, nous avons presque fini d'administrer leur première dose à environ 23 000 personnes, ce qui signifie que nous avons presque atteint l'objectif de 25 000 premières doses de Sinopharm que nous nous étions fixés. Les 25 000 doses restantes doivent être administrées en tant que deuxième dose et cela commencera le 7 février », a déclaré Dr. Louange.

Il a ajouté qu'avant la date, lui et son équipe espèrent terminer l'administration des premières doses de Covishield.

« Nous avons quatre centres administrant Covishield et nous couvrons environ 2 000 personnes par jour. À partir de samedi, tous nos centres commenceront à administrer Covishield et comme le taux de participation est vraiment élevé pour Covishield, il nous est facile d'atteindre notre objectif alors nous ne pensons pas que nous aurons un problème en administrant la deuxième dose », a déclaré Dr. Louange.

Il existe actuellement six centres de vaccination dans le pays. Des négociations sont en cours pour recevoir les 40 000 doses de vaccin restantes dont le pays a besoin pour vacciner 70 pour cent de la population. Aucune date n'a été fixée pour la livraison de ce lot de vaccins.

L'un des centres de vaccination se trouve à l'administration du district de Grand Anse Mahe.(Salifa Karapetyan, Seychelles News Agency) Photo License: CC-BY

"Nous faisons de notre mieux pour l'obtenir d'ici la fin de la semaine prochaine ou celle d'après. Notre stratégie était de couvrir les travailleurs de la santé, les travailleurs de première ligne, les travailleurs essentiels et maintenant nous ciblons les personnes de plus de 60 ans, ensuite nous commencerons à administrer le vaccin aux personnes atteintes de maladies chroniques âgées de moins de 60 ans. Le reste sera utilisé pour vacciner le grand public », a déclaré Dr. Louange.

Sur la question des visiteurs souhaitant se rendre aux Seychelles, le commissaire à la santé publique, Jude Gedeon, a déclaré qu'à l'heure actuelle, très peu de personnes ont envoyé leurs certificats de vaccination.

Pour se rendre aux Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental, un visiteur doit fournir la preuve qu'il a reçu les deux doses d'un vaccin COVID-19, avec un minimum de deux semaines écoulées depuis la dernière dose. Les visiteurs doivent également fournir un test PCR négatif effectué 72 heures avant le voyage.

Dr. Gedeon a déclaré que le principal problème avec cela, "est la vérification de l'authenticité du certificat, comme avec le test PCR, avec lequel nous avons eu pas mal de problèmes pour savoir quels certificats sont authentiques et lesquels ne pas accepter."

« Nous travaillons avec les ambassades afin qu'elles puissent nous fournir des échantillons de certificats délivrés par différents centres dans leur pays afin que nous puissions contre-vérifier quand une personne envoie son certificat. Les gens peuvent toujours simuler un certificat de vaccination et si vous ne faites pas attention, vous allez laisser entrer des gens qui disent qu'ils ont été vaccinés », a déclaré Dr. Gedeon.

Il a ajouté qu'au moment où une personne envoie un certificat, si le ministère de la Santé n'est pas sûr que le certificat soit authentique, les agents demanderont également un test d'anticorps pour prouver que la personne a des anticorps contre le COVID-19.

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.