Algérie: Appel à la réactivation du Fonds national de lutte contre le cancer

Cancer.

Alger — Le Pr. Messaoud Zitouni, chargé du suivi et de l'évaluation du Plan national de lutte contre le cancer 2015/2019, a appelé à la "réactivation" du Fonds national de lutte contre le cancer, une maladie qui prend de l'ampleur d'année en année.

Dans une déclaration à l'APS, à la veille de la célébration de la Journée mondiale contre le cancer (4 février), le Pr. Zitouni a estimé que "l'exclusion du Fonds national de lutte contre le cancer du budget 2021 est une grave erreur" quand on sait, a-t-il dit, que cette maladie prend de l'ampleur d'année en année avec plus de 45.000 nouveaux cas par an en raison de divers facteurs environnementaux, du vieillissement de la population et du changement du mode de vie.

A la lecture de la Loi de finances 2021, on relève que plusieurs comptes sociaux, dont le Fonds de lutte contre le cancer, ont été clôturés.

A ce sujet, le directeur général des structures sanitaires au ministère de la Santé, Pr. Lyes Rahal, a affirmé que "le ministère s'attelle à prendre des mesures juridiques pour que le fonds (de lutte contre le cancer) reste ouvert, et ce, avant décembre 2021".

Le ministère des Finances avait auparavant pris la décision de fermer le Fonds pour les urgences et le ministère de la Santé avait veillé, par la suite, à le récupérer vu la conjoncture exceptionnelle marquée par la propagation de la Covid-19.

La récupération par le Trésor public de ces fonds est due, au premier degré, à "la bureaucratie" qui a entravé l'exploitation de plusieurs de ses chapitres, a-t-il précisé, indiquant que "son utilisation n'a pas dépassé le taux de 1 % alors que le Comité pilote a présenté des méthodes d'exploitation optimale des fonds de ce compte pour ne pas les restituer au Trésor public".

Le spécialiste, qui a appelé à "maintenir la vigilance en cette conjoncture sanitaire difficile", face à la prolifération du cancer d'année en année", prévoit une augmentation des cas d'atteinte et de décès à hauteur de 20 % durant les prochaines années, se référant au Registre national du cancer, à la situation épidémiologique, aux facteurs d'atteinte, à l'instar de la vieillesse de la population, aux facteurs environnementaux outre le changement du mode de vie.

En ce qui concerne la création d'une commission ad hoc au niveau du ministère de la Santé pour s'occuper de la maladie du cancer, Pr. Zitouni a qualifié la mise en place de telles commissions de "perte d'efforts, de temps et d'argent, et de décision incorrecte", plaidant pour l'accélération du lancement d'un deuxième plan fondé sur "une stratégie claire".

"Il était prévu de soumettre en mai 2020 le rapport final du présent plan au président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, mais la pandémie du Coronavirus et l'orientation des efforts des pouvoirs publics vers la prise en charge de cette pandémie qui a frappé le monde entier n'ont pas permis de le faire", a-t-il rappelé.

S'agissant de la teneur du plan qui comprend huit axes principaux, le responsable en charge de son évaluation et de son suivi a souligné "la mise en œuvre de la plupart de ces axes sur le terrain, lesquels étaient très positifs et ont contribué à l'amélioration et à la généralisation du traitement des patients", exprimant son souhait de voir le deuxième plan 2020/2024 annoncé par le ministère contribuer à la satisfaction des besoins de cette catégorie de patients.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X