Afrique de l'Ouest: Fermeture des frontières - Les autorités guinéennes jouent les troubles-fêtes

Libreville — Selon Financial Afrik, le trafic transfrontalier entre la Guinée et certains pays d'Afrique de l'Ouest est perturbé depuis un an à la suite des mesures de fermeture unilatérales des frontières par les autorités guinéennes. En cette période de pandémie liée à la Covid-19, la fermeture quasi-récurrente des frontières terrestres entre la Guinée, le Sénégal et la Guinée Bissau serait plus que désolant.

En février 2020, en pleine campagne pour la révision de la constitution pour un troisième mandat, sous prétexte de "menaces d'attaques terroristes et d'introduction d'armes sur le territoire national", le gouvernement guinéen avait pris la décision unilatérale de suspendre les importations de marchandises par voie terrestre depuis tous les pays limitrophes pour un délai indéfini.

Cette décision prise sans même prendre la peine d'informer ou de consulter les opérateurs économiques, avait alors provoqué l'ire des syndicats de transporteurs. Un mois plus tard, à peine cette interdiction levée, que la pandémie du covid-19 est déclarée, le gouvernement guinéen rebelote et boucle toutes ses frontières, aériennes comme terrestres. Aujourd'hui encore les frontières avec le Sénégal, la Sierra Leone et la Guinée Bissau sont bouclées depuis plus de trois mois pour des raisons purement politiques, rapporte Financial Afrik.

Du côté Guinéen, le secteur agricole a pris un coup et les producteurs ne pouvant plus écouler leur production destinée aux pays voisins, principalement au Sénégal, ont enregistré plusieurs centaines de milliards de perte. Pour les observateurs, la défense des intérêts des peuples guinéens et sénégalais liés par l'histoire doit prévaloir sur la «guerre d'ego » aux relents politiques que se livrent d'un côté les présidents Macky Sall et Alpha Condé et de l'autre Alpha Condé et le président Emballo de la Guinée Bissau. Il est plus qu'urgent que la CEDEAO s'implique pour mettre un terme à ce blocus.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X