Libye: Forum du dialogue politique libyen - Réunion en Suisse pour élire un exécutif provisoire

Réunion du Forum de dialogue politique libyen tenue dans un site non divulgué à l’extérieur de Genève, le 1er février 2021.
1 Février 2021

Les délégués libyens ont donné, lundi en Suisse, le coup d'envoi d'une réunion de cinq jours pour choisir un premier ministre intérimaire et un conseil présidentiel unifié de trois personnes, dans une tentative cruciale de réunifier le pays avant une élection en décembre prochain.

S'exprimant à l'ouverture des travaux de ce Forum du dialogue politique libyen (FDPL), la Représentante spéciale intérimaire des Nations Unies en Libye, Stephanie Williams s'est félicitée de la diversité des candidatures qui « représentent les différentes composantes politiques et sociales » dans le pays.

« L'enthousiasme que suscite cette opération est un bon signe », a-t-elle dit aux délégués libyens.

« Avant tout, vous avez marqué de façon indélébile le calendrier de la tenue des élections nationales le 24 décembre de cette année », a déclaré Mme Williams, relevant que cette « décision a été saluée avec l'approbation écrasante de vos compatriotes ».

« C'est un engagement qui doit être honoré à tout prix », a déclaré l'Envoyé spéciale intérimaire rappelant tous les progrès réalisés au cours d'un dialogue politique, qui « a été un voyage ardu, parsemé de défis, dont beaucoup ont pu être surmontés grâce à la sagesse et à la remarquable persévérance » des délégués libyens.

Un processus purement libyen, avec une pleine appropriation libyenne

« Vous devez être fiers que vous et vos collègues engagés dans les autres pistes politiques inter-libyennes, avez bâti un processus purement libyen, avec la pleine appropriation libyenne », a-t-elle fait valoir.

« Malgré les risques très réels que pose la pandémie de Covid-19, vous avez fait preuve, à maintes reprises, d'une admirable détermination en vous rassemblant au service de votre pays », a ajouté Mme Williams.

Le Forum, qui doit se prononcer sur un nouveau « pouvoir exécutif unifié temporaire », comprend des délégués de toute la Libye. Sous la médiation de l'ONU, les responsables libyens se sont retrouvés dans un site non divulgué à l'extérieur de Genève.

Ce nouveau rendez-vous de la Suisse s'inscrit dans la continuité des progrès réalisés dans les autres plateformes de dialogue politique et militaire parrainées par les Nations Unies en Libye, des pays d'Afrique du Nord, mais aussi en Allemagne.

Devant les membres du FDPL, Mme Williams leur a donc encore rappelé que la feuille de route qu'ils ont approuvée en novembre à Tunis relaie des exigences auprès des futures autorités. L'objectif est d'amener « la Libye vers l'objectif sacré des élections nationales du 24 décembre ».

A ce sujet, Mme Williams s'est dite « encouragée par le nombre élevé de candidatures présentées, de la diversité représentée par le vivier de candidats qui proviennent de toutes les composantes politiques et sociales de la société libyenne ».

« C'est un signe positif que ce processus - votre processus - a inspiré un degré élevé d'adhésion et d'enthousiasme », a-t-elle fait valoir, ajoutant que même si ce choix de l'exécutif intérimaire unifié n'est pas une élection au sens traditionnel du terme, « la concurrence ouverte est bonne pour la démocratie ».

« C'est le genre de compétition qui ne peut avoir lieu que lorsque les armes se taisent », a ajouté Mme Williams.

Alors qu'une partie de l'avenir du processus libyen se joue en Suisse, la Représentante par intérim de l'ONU a rappelé qu'il s'agit « d'un processus de sélection ouvert et transparent auquel tous les Libyens vont assister, jour après jour et minute après minute ».

« Il y a un an, cela n'aurait pas été possible. Le peuple libyen est derrière vous, il vous soutient, il veut que vous réussissiez. Il a besoin de vous pour réussir. Ne les laissez pas tomber », a-t-elle fait remarquer.

Plus largement, l'ONU invite une nouvelle fois les dirigeants temporaires à s'efforcer de parvenir à la réconciliation nationale et au rétablissement de la démocratie.

« Ce projet ne vise pas à partager le pouvoir ou à diviser le gâteau », a-t-elle dit aux délégués libyens.

Elire les trois sièges du conseil présidentiel et le Premier ministre

Selon l'ONU, il s'agit plutôt « de former un gouvernement temporaire composé de patriotes qui acceptent d'assumer et de partager la responsabilité de placer la souveraineté libyenne et la sécurité, la prospérité et le bien-être du peuple libyen au-dessus des intérêts étroits et loin du spectre de l'ingérence étrangère ».

D'ici là, il restera beaucoup de travail dans les prochains jours. Mais pour l'ONU, les délégués libyens devraient être « fiers » d'avoir construit « un processus purement libyen avec une pleine appropriation libyenne (Al mulkiya Al-Libiya) ».

« En effet, l'histoire que vous avez écrite est une histoire purement libyenne », a dit Mme Williams, relevant la volonté de l'ONU et de la communauté internationale de soutenir les Libyens « dans ce voyage ».

Après l'introduction de la Représentante spéciale intérimaire, les candidats ont commencé à se présenter aux délégués par liaison vidéo. Il s'agit d'une session interactive dans laquelle, ils exposent leur vision « de la mise en œuvre de la feuille de route convenue par le forum, et répondre aux questions posées ».

Les 75 délégués libyens de tous bords ont jusqu'à vendredi pour désigner ces personnalités parmi une liste de 45 candidats dont 3 femmes. Tout au long de la semaine, le FDPL doit auditionner les 24 candidats pour trois sièges du conseil présidentiel et 21 prétendants au mandat de Premier ministre qui sera assisté de deux adjoints.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.