Rwanda: Kigali répond aux critiques sur les droits de l'homme

Les délégués à l'ouverture de la 41ème session du Conseil des droits de l'homme, au siège des Nations Unies à Genève (Suisse), le 24 juin 2019.

Le Rwanda a rendu ses premières remarques au sujet de son examen périodique universel qui a eu lieu, le 25 janvier dernier, à Genève, un processus des Nations unies qui passe en revue l'état des droits de l'Homme dans un pays. Il a lieu tous les cinq ans. C'était la troisième fois que le Rwanda se prêtait à l'exercice. Le 29 janvier, le gouvernement a annoncé soutenir 160 recommandations, en noter 75 et en rejeter 49.

« Des recommandations non réalistes et qui ne correspondent pas à ce qu'il se passe sur le terrain ». C'est ainsi que Providence Umurungi, directrice du pôle international du ministère de la Justice, a expliqué le rejet de 49 recommandations à la presse locale pro-gouvernementale.

Lors de l'examen périodique, plusieurs pays ont épinglé le Rwanda sur la question des droits de l'homme. Le Royaume-Uni s'est ainsi déclaré préoccupé par des restrictions de la liberté de la presse et a exhorté les autorités rwandaises à enquêter de manière transparente sur des allégations d'exécutions extrajudiciaires, de décès en détention, de disparitions forcées et de torture...

Le représentant britannique a également appelé le Rwanda à respecter les valeurs démocratiques du Commonwealth alors que la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth doit se tenir à Kigali, en juin.

Ces recommandations ont été jugées « sans fondement » par la mission de représentation du Rwanda à Genève.

De son côté, Human Rights Watch a appelé les membres du Commonwealth à utiliser la réunion des chefs de gouvernement pour inciter le Rwanda à appliquer les recommandations de l'examen.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.