Sahara Occidental: La décision de Trump est "une erreur" qui peut être "annulée"

Le nouveau président américain Joe Biden

Alger — L'ancien Conseiller à la sécurité nationale des Etats-Unis, John Bolton, a déclaré que la décision de l'ex-président américain Donald Trump de reconnaitre la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental était "une erreur", car, elle "ne reflète pas la politique américaine de longue date", estimant qu'elle pouvait être annulée.

Dans un entretien accordé au Centre algérien de diplomatie économique (CADE), M. Bolton a indique que " l'administration Trump avait commis une erreur de reconnaître la revendication marocaine au Sahara Occidental".

C'est une erreur, car, dit-il, elle a entrainé "plus de tension et de danger en Afrique du Nord et au Sahel au moment où nous devrions essayer de résoudre la question et de ramener la stabilité".

L'ancien ambassadeur américain à l'ONU, affirme qu'au printemps 1991, la communauté internationale pensait que l'organisation du référendum autodétermination au Sahara occidental ne pouvait pas être très difficile à faire.

Lire aussi : L'occupant marocain fait la promotion de victoires fictives au Sahara occidenta

Et ce procédé qui a commencé quelques mois après la création de la Minurso "s'est poursuivi jusqu'à aujourd'hui", a-t-il regretté.

L'incapacité de l'ONU pointé du doigt

Dans ce même entretien, l 'auteur de "The Room Where It Happened: A White House Memoir", a fait savoir qu'en 1997, il était revenu comme volontaire pour aider James Baker lorsqu'il est devenu l'envoyé personnel du secrétaire général pour le Sahara occidental.

"James Baker a travaillé très dur pendant toute cette année jusqu'à ce que nous atteignions ce que nous avons appelé les accords de Houston où le Maroc s'est à nouveau engagé de manière ambiguë d'organiser un référendum, avant de l'entraver de nouveau", en témoigne Bolton.

Il rappelle que Baker est en fait revenu une fois de plus, à ce moment-là, et lui-même, a intégré l'administration George W. Bush, mais Baker a continué en tant qu'envoyé personnel et a fait de nombreux efforts depuis lors.

Lire aussi : Sahara occidental: le rejet bipartisan de la décision de Trump est "un signe positif

Donc, d'après lui, "c'est une politique de longue date des Etats-Unis sur le statut du Sahara Occidental et le retour des réfugiés sahraouis après un référendum libre et juste était la politique américaine de base, nous n'avons pas reconnu la souveraineté marocaine sur le territoire".

Et de poursuivre : "Comme nous le croyons la souveraineté vient du peuple et le peuple du Sahara occidental aurait dû avoir l'opportunité de décider par lui-même de ce qu'il voulait être".

Il s'est réjoui par ailleurs, que l'administration Biden a déclaré qu'elle allait revoir ce qui s'est passé et arriver à sa conclusion. "Je pense que c'est très important, je suppose que l'Algérie est en contact avec le département d'Etat et d'autres membres de l'administration Biden qui travaillent là-dessus", a-t-il affirmé.

Le Maroc isolé au niveau africain

Aussi, M. Bolton, a souligne que la position de tous les pays de la région de l'Union africaine dans son ensemble indiquent clairement que "le Maroc est très isolé sur ce point".

L'ancien diplomate américain, ajoute que l'Afrique rejette le fait que "le Maroc insiste pour maintenir son contrôle sur le Sahara Occidental dont il contrôle environ 2/3 du territoire", soulignant que le mur de sable qu'il a construit risque de provoquer une réelle instabilité en Afrique du Nord.

Le Front Polisario, a déjà exprimé clairement sa position sur ce point, rappelle-t-il, et que la position marocaine va conduire à plus de problèmes en violation de l'engagement qu'ils ont pris de tenir le référendum.

Aussi, soutient-il, s'il n'y aura pas de référendum d'autodétermination au Sahara occidental (...)si le Maroc ne veut pas qu'il soit organisé, alors il ne devrait pas avoir de cessez-le-feu, l'ONU ne peut pas devenir partie au différend et pourtant, en confirmant le cessez-le-feu et en empêchant le référendum, elle prend le parti du Maroc", argumente l'ancien conseiller à la sécurité des Etats-Unis.

Pour ce qui est de l'Europe, M. Bolton, pense que les pays européenns "doivent avoir une vision plus forte et faveur du référendum".

A La Une: Sahara Occidental

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.