Gambie: L'ancien Directeur Général de l'Agence Nationale de renseignement jure de tuer Sanna Manjang

3 Février 2021

L'ancien directeur général de l'Agence Nationale de Renseignements (NIA), Abdoulie Kujabi, a révélé lors de son témoignage lundi devant la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC) qu'il n'est plus un sympathisant de l'Alliance pour la Construction et la Réorientation Patriotique (APRC) et qu'il ne se soucie guère de leur sort.

Il a également juré de tuer Sanna Manjang, considéré comme l'assassin le plus dévoué et le plus loyal de l'ancien Président Yahya Jammeh, pour le meurtre de son frère.

" Je tuerai Sanna le jour où je le rencontrerai parce qu'il a assassiné mon frère, et ce, sous les ordres de Jammeh."

Le témoin a fait ces déclarations lorsque le Conseiller Principal Essa Faal lui a demandé s'il se sentirait concerné si le parti de l'APRC devait subir le même sort infligé aux autres partis politiques durant le règne de Jammeh par le présent gouvernement.

Mr Kujabi a révélé qu'il a connu l'ancien Président Yahya Jammeh lorsque celui-ci n'était qu'un jeune garçon. Il a cependant décrit l'ancien Président comme étant un individu irritable et coléreux agissant selon son bon vouloir.

Il a déclaré à la Commission qu'il a été la personne qui a conduit les négociations pour le retour au pays de l'ancien Président Sir Dawda Jawara après 7 années en exil.

Le témoin a confirmé que Jammeh était un dictateur qui avait l'habitude d'arrêter ou d'incarcérer des personnes à la prison centrale de Mile 2 selon son bon vouloir.

Kujabi a poursuivi pour dire qu'il avait été une fois arrêté par des agents de la NIA et des officiers militaires aux ordres de Jammeh, déclarant qu'il lui était reproché de ternir l'image du Président dans la région du West Coast.

" Il était de coutume pour les agents de la NIA de torturer des détenus afin d'obtenir des informations et de les transmettre à Jammeh."

Concernant l'arrestation et l'incarcération des partisans de l'UDP et du PPP, Kujabi a réfuté sa participation à cette opération, ajoutant qu'il était sous les ordres de Samba Bah à cette époque.

" Lorsque les agents de la NIA se sont réunis au quartier général, j'ai demandé à Jammeh ce qui se passait. Il m'a dit qu'il avait été informé que certaines personnes avaient l'intention d'organiser une marche de protestation en direction de l'ambassade américaine. Je suis donc retourné à mon domicile car je n'étais pas impliqué dans cette opération. Le jour suivant, Samba Bah m'a dit qu'avec l'aide de quelques hommes du 22 Juillet, les organisateurs de la marche avaient été arrêtés et conduits à la caserne de Fajara. Je sais que les détenus ont été torturés.

Kujabi a ajouté que les hommes du 22 Juillet étaient impliqués dans des activités illégales généralement organisées et dirigées par les agents de la NIA.

Le Conseiller Principal Faal a suggéré au témoin qu'un officier des services publics ne doit en aucun cas s'impliquer dans la politique.

Le Conseiller Principal a informé Kujabi que Lamin Wa Juwara et l'Imam de Brikama avaient été attaqués par Baba Jobe. A la question s'il connaissait l'identité de la personne qui a ordonné leur arrestation, le témoin a répondu que cela ne pouvait être que l'ancien Président Jammeh.

Kujabi a confirmé qu'un certain nombre de journalistes avaient été arrêtés pour avoir ouvertement critiqué l'ancien Président Jammeh dans les colonnes de leurs éditions. Il a également ajouté que Jammeh avait ordonné la torture de certaines personnes arrêtées.

Il a ajouté qu'il avait été arrêté à trois reprises avant d'être incarcéré à la prison centrale de Mile 2 pour une semaine.

A La Une: Gambie

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.