Seychelles: L'exportation de poisson aux Seychelles en baisse due aux effets de la pandémie

Une augmentation des prix du fret et moins de vols internationaux disponibles sont deux des facteurs affectant négativement les exportations de poisson des Seychelles à la suite de la pandémie du COVID-19.

La pêche qui est le deuxième pilier de l'économie des Seychelles, après le tourisme, est actuellement une des principales sources de devises étrangères dont le pays est en manque par la baisse du tourisme.

Le propriétaire de Fresh Seafood Seychelles, une société de transformation et d'exportation de poisson, a déclaré à la SNA qu '"avant que la pandémie de COVID-19 ne devienne omniprésente, nous exportions six jours par semaine vers nos marchés habituels. Avec les circonstances actuelles de vols limités, nous ne le faisons plus que trois fois par semaine au maximum. "

Le propriétaire, William Jacob, a déclaré qu'un autre problème était le coût du fret "qui a plus que doublé actuellement par rapport à ce que je payais auparavant. Cela me coûtait 3 $ le kilo avant et maintenant c'est passé à 7 $. "

Bien que le coût opérationnel de la société ait augmenté, M. Jacob dit qu'il est difficile d'augmenter le prix de ses produits alors que la demande des marchés internationaux diminue.

"La demande de l'étranger est inférieure à 50%, car les points de vente tels que les restaurants ont fermé en raison des mesures COVID-19. Nous n'avons pas pu augmenter nos prix, en fait, nous avons dû les réduire et naviguons actuellement à travers une faible marge de profit », a-t-il ajouté.

Après cinq ans d'exploitation, Fresh Seafood Seychelles exporte actuellement de l'espadon et des poissons pélagiques, notamment du thon, vers l'Angleterre, la France et les États-Unis.

L'une des plus anciennes entreprises exportant du poisson, Oceana Fisheries a déclaré que l'entreprise avait des contraintes similaires.

« Bien que nous soyons dans une position plus facile que d'autres car nous avons une assez bonne capacité de stockage, avec la fermeture de restaurants et d'hôtels sur nos marchés étrangers, nous nous concentrons également sur le marché local pour générer des revenus, ce qui contribue à garder nos travailleurs dans l'emploi », a déclaré M. Neven Sinoti technologue alimentaire local.

La plupart des poissons exportés proviennent de la pêche semi-industrielle, qui cible l'espadon et les espèces apparentées au thon principalement dans la zone économique exclusive (ZEE) des Seychelles, un archipel de l'océan Indien occidental.

Le secteur semi-industriel comprend la pêcherie palangrière mono filament opérant autour des plateaux de Mahé. En moyenne, ces navires restent en mer pendant 10 jours, préservant leurs prises sur la glace.

Selon l'Autorité des pêches des Seychelles (SFA), il y a environ 30 navires impliqués dans la pêche semi-industrielle dans la nation insulaire.

Entretemps, le directeur général de la SFA, Nichol Elisabeth, a déclaré que l'une des principales initiatives actuellement présentées pour assurer et promouvoir les exportations de poisson et de produits de la mer c'est de rassembler tous les acteurs de la pêche.

« Très souvent, chaque acteur travaille seul ou se fait concurrence. Nous voulons arrêter cela et rassembler les transformateurs et les exportateurs. Nous sommes heureux de voir que FBOA se réinvente et essaie de diriger les pêcheurs et les propriétaires de bateaux avec le but d'avoir une industrie disciplinée et une pêche responsable », a déclaré M. Elisabeth.

Il a ajouté que le message du gouvernement continue d'être dans le sens de rehausser le profil des pêcheurs et de tous ceux dans l'industrie, faisant des pêcheurs de bons et riches hommes d'affaires.

« Nous essayons d'éduquer et de faire passer le message que « moins c'est plus » parce que la pêche en quantité n'est pas nécessairement l'approche la plus rentable. Pêcher les espèces de grande valeur est ce que le gouvernement voudrait encourager désormais. Nous ne voulons pas encourager la pêche en masse pour ensuite le jeter sur le marché local avec une qualité médiocre pour quelques roupies », a déclaré M. Elisabeth.

Les Seychelles ont exporté plus de 6 600 tonnes de poissons et de crustacés en 2019, injectant plus de 13 millions de dollars dans l'économie du pays, selon des données de la SFA.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.