Afrique: Freins au développement de l'entreprenariat des français de la diaspora africaine - Le Conseil présidentiel pour l'Afrique trouve des solutions pour l'Etat français

A travers l'évènement virtuel « Diasporas : Choisir l'entrepreneuriat », le Conseil présidentiel pour l'Afrique (Cpa) a clôturé le Tour de France qu'il a initié entre septembre et décembre 2020 et qui s'inscrit dans sa volonté d'apporter des solutions concrètes aux entrepreneurs des diasporas. Le Cpa dit être en mesure, après les « Débats - L'entrepreneuriat de la diversité et des diasporas », organisés à Bordeaux, Lyon et Marseille, ainsi que la réalisation d'un sondage (OpinionWay) sur les attentes des diasporas africaines, de proposer des solutions à la présidence de la République française.

Une batterie de solutions contre les contraintes liées à l'entreprenariat des français issus de la diaspora africaine. C'est ce que compte proposer, à la présidence de la République française, le Conseil présidentiel pour l'Afrique après avoir organisé le Tour de France avec des « Débats sur l'entrepreneuriat de la diversité et des diasporas ».

La première consiste à créer d'un « PASS Africa », une solution transversale mise en œuvre avec BPI France et dédiée aux entrepreneurs pour l'Afrique. Selon le Cpa, le « PASS Africa » a pour objectif d'accélérer le développement des entreprises à fort potentiel de croissance ayant l'Afrique comme priorité. Ce label sera décerné à une vingtaine d'entreprises par an. La deuxième solution est la Communauté « PASS Africa / EuroQuity », ajoute le Cpa. Qui dit que réservée aux entrepreneurs bénéficiaires du label « PASS Africa », cette initiative vise à connecter les écosystèmes de l'entrepreneuriat et de l'innovation européens et africains.

A l'en croire, la nouvelle phase du projet MEET Africa déployé par l'Agence française de développement (Afd) et Expertise France constitue la troisième solution.

D'après le Cpa, cette initiative renforce la mobilisation des talents de la diaspora africaine, à travers la création d'une plateforme euro-africaine d'informations, le renforcement des acteurs d'appui à l'entrepreneuriat, la mise en réseau et l'accompagnement de 140 entrepreneurs et le financement de 170 entrepreneurs entre l'Europe et l'Afrique.

Dans le même sillage, le Conseil confie que la quatrième solution est une application, mise en œuvre avec BPI France, qui sera déployée sur le site web du Cpa afin d'offrir une meilleure visibilité aux dispositifs d'accompagnement et de financement existants pour les entrepreneurs de la diaspora.

La cinquième solution s'inscrit dans le Programme « Entrepreneuriat pour tous » qui, pour le Cpa, bénéficie aux quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Le dispositif, explique-t-il, vise à flécher les entrepreneurs issus des diasporas et à sensibiliser le réseau des Cités Lab aux spécificités de l'entrepreneuriat en lien avec l'Afrique, pour mieux accompagner ces entrepreneurs.

Aussi, le Conseil présidentiel pour l'Afrique déclare que les sixième et septième solutions visent à favoriser la mobilité des talents entre la France et l'Afrique.

En ce sens, il soutient que le programme « Talents en commun » est un outil inédit qui permet à des experts et cadres publics et privés, dont les membres de la diaspora, d'effectuer des missions de deux semaines à un an, renouvelables, pour réaliser une mission de service public dans une administration ou une entreprise publique à la demande d'un État africain partenaire. « La dernière solution se traduira par la création d'un « Chèque Relance V.I.E » pour la mobilité des jeunes professionnels en Afrique. Ce nouveau dispositif facilitera l'accès des entreprises au Volontariat International en Entreprise grâce à la prise en charge de 15 à 20% du coût annuel d'un jeune volontaire », conclut le Cpa.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X