Afrique: Amnesty lance son premier appel aux dons d'urgence pour faire barrage aux mesures de plus en plus hostiles aux droits humains de par le monde

communiqué de presse

Les défenseur·e·s des droits humains et les ONG, dont Amnesty International elle-même, sont pris pour cibles alors que les autorités de par le monde piochent dans le même manuel de stratégies pour faire taire les critiques

Amnesty International lance le 5 février 2021 son tout premier appel aux dons d'urgence, demandant aux sympathisant·e·s du monde entier de contribuer à faire barrage à l'offensive croissante menée contre les journalistes, les avocat·e·s, les militant·e·s et les organisations de défense des droits humains qui œuvrent à défendre et à promouvoir ces droits à travers le monde.

Elle a pointé les récentes attaques des États ou soutenues par les États contre son propre personnel et ses bureaux, illustration de l'audace croissante des gouvernements hostiles à l'égard des droits humains. En 2020, le bureau d'Amnesty International Inde a dû cesser son travail, ses comptes bancaires ayant été gelés à la suite d'une série de descentes et d'une campagne de diffamation très médiatisée. Amnesty International Nigeria est toujours la cible de menaces de violences du fait de son travail de défense des droits humains. Et de hauts responsables d'Amnesty International Turquie ont été incarcérés pour des accusations fallacieuses de « terrorisme » en 2017.

« S'agissant d'Amnesty International, notre capacité à résister à ces attaques et à poursuivre notre travail essentiel et indépendant en faveur de la protection des droits humains - notamment pour soutenir les défenseur·e·s en danger - dépend du soutien et des dons volontaires de celles et ceux, sur toute la planète, qui partagent notre vision d'un monde où chacun·e jouit de ses droits fondamentaux. Nous lançons cette campagne dans l'espoir de mobiliser encore plus de soutien.

« Une feuille de route ouvertement hostile aux droits humains ne cesse de gagner du terrain parmi les leaders du monde - surtout parmi les dirigeant·e·s populistes qui véhiculent des discours toxiques favorisant la division et la peur. Parallèlement, le fait qu'ils se livrent à des attaques de plus en plus effrontées et meurtrières contre ceux qui osent contester leurs abus de pouvoir montre à quel point ils sont en fait précaires. »

Pourquoi cet appel ? Pour aider les personnes - journalistes, avocats et militants notamment, mais aussi employés d'ONG - qui défendent les droits humains, à poursuivre leur travail essentiel afin qu'elles puissent dénoncer ces graves abus sans crainte de représailles. Les dons reçus dans le cadre de l'appel d'urgence mondial lancé par Amnesty nous aideront à faire campagne au nom des victimes de violations des droits humains et à apporter un soutien efficace à ceux qui sont menacés. Par exemple en finançant la réinstallation urgente de personnes en danger et en apportant une aide juridique à ceux qui sont pris dans les filets de poursuites malveillantes découlant de leur travail légitime, ou encore en couvrant les frais médicaux pour les victimes d'actes de torture et de mauvais traitements.

Les droits humains menacés

Comme le montrent les investigations d'Amnesty International, les leaders du monde entier puisent sans scrupules dans le même manuel pour faire taire leurs détracteurs et piétiner les droits humains. Ces stratégies englobent la surveillance intrusive, le harcèlement judiciaire fondé sur le détournement de lois définies de manière vague, les descentes et les actes d'intimidation imputables aux forces de sécurité étatiques, ainsi que l'utilisation de lois néfastes.

En 2020, le président des Philippines Rodrigo Duterte a promulgué la Loi antiterroriste qui confère au gouvernement des pouvoirs élargis et illimités permettant de qualifier les militant·e·s et les critiques de terroristes et de les poursuivre en justice.

Le président brésilien Jair Bolsonaro met en pratique un discours agressif à l'égard des droits humains par l'intermédiaire de mesures administratives et législatives qui ont cherché à maintes reprises à restreindre les activités des organisations de la société civile. Depuis son arrivée au pouvoir en 2019, les menaces et les attaques contre les défenseur·e·s des droits humains ont nettement augmenté.

Au cours des derniers jours de l'année 2020, le Parlement turc a adopté à la hâte une nouvelle législation, soi-disant pour prévenir la prolifération du financement des armes de destruction massive, mais qui a en réalité d'énormes répercussions sur le travail des organisations de la société civile et leur capacité à collecter des fonds.

De nombreux pays dans le monde se servent de la pandémie de COVID-19 comme d'une excuse pour adopter de nouvelles lois restrictives. En Hongrie, le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban a modifié le Code pénal, ajoutant de nouvelles dispositions qui menacent les journalistes et d'autres personnes de peines de prison allant jusqu'à cinq ans pour « diffusion de fausses informations » au sujet du COVID-19.

Aux États-Unis, Donald Trump a présidé un gouvernement qui a pris pour cibles les défenseur·e·s des droits des migrants à coups de harcèlement judiciaire, a porté violemment atteinte à la liberté de réunion pacifique et s'est désengagé des institutions internationales de protection des droits humains, notamment en se retirant du Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

Attaques contre Amnesty International, ses employés et ses représentants

Le personnel et les bureaux d'Amnesty ont aussi été la cible d'attaques de la part des autorités ces dernières années. Le gouvernement indien a gelé les comptes bancaires d'Amnesty International Inde en septembre 2020, contraignant le bureau à se séparer de ses employés et interrompant brusquement son travail en faveur des droits humains dans le pays. La semaine dernière, une campagne en ligne a été lancée pour demander au gouvernement indien de débloquer ces comptes. Amnesty International Nigeria est la cible d'une campagne de diffamation soutenue et ses employés ont notamment été menacés de violences, depuis qu'elle a appelé à plus de transparence autour de la fusillade au péage de Lekki en octobre 2020. En 2017, la directrice et le président d'Amnesty International Turquie ont été incarcérés pour des accusations fallacieuses et fausses de terrorisme. Avec deux autres défenseurs des droits humains, Idil Eser et Taner Kılıç ont été condamnés en juillet 2020 à l'issue d'un procès inique, malgré les éléments du parquet lui-même prouvant leur innocence. Tout cela simplement pour avoir dénoncé et fait campagne contre des violations des droits humains.

« Outre la déferlante mondiale contre les droits humains, la pandémie de COVID-19 a engendré des difficultés inédites et complexes pour ceux d'entre nous qui se mobilisent pour les droits humains. De nombreux États à travers la planète prennent pour cibles ces militant·e·s et d'autres voix critiques qui dénoncent leur gestion de la crise sanitaire publique. Ainsi, dans de nombreuses régions du globe, les mesures liées au COVID-19 et les lois existantes sont invoquées pour les réduire au silence. Des périodes inédites appellent des solutions tout aussi inédites. Nous devons nous rassembler pour relever le défi et amener les dirigeants mondiaux à rendre des comptes. En bref, nous devons mobiliser plus de soutien et de ressources afin que notre travail en faveur des droits humains réponde à l'ampleur des enjeux », a déclaré Julie Verhaar.

Afin de donner et d'obtenir de plus amples informations au sujet de cet appel, veuillez cliquer sur : (SECTIONS TO INSERT THEIR DONATE PAGES)

Complément d'information

Rapports précédents d'Amnesty pointant les répressions de la société civile :

Défenseurs des droits humains menacés - Un espace de plus en plus restreint pour la société civile

Oser défendre les droits humains lors d'une pandémie - 2020

Des lois conçues pour museler la répression mondiale des organisations de la société civile

Attaques mortelles mais évitables. Homicides et disparitions forcées à l'encontre des personnes qui défendent les droits humains, 2017

Bousculer les rapports de force, lutter contre la discrimination. Appel à l'action pour la reconnaissance et la protection des femmes défenseures des droits humains et des personnes qui défendent les droits liés au genre (FDDH), 2019

Amnesty Inde

Le 26 janvier 2021, Amnesty International a lancé une campagne mondiale en ligne appelant le gouvernement indien à débloquer les comptes d'Amnesty International Inde, afin que les employés puissent poursuivre leur travail en faveur des droits humains. Veuillez trouver ci-joint la pétition.

Plus de: AI London

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.