Afrique: Le Mozambique et le Fonds mondial mettent en œuvre de nouvelles subventions pour la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et le renforcement des systèmes de santé

Maputo — Le Fonds mondial, le gouvernement mozambicain et les partenaires de la santé du Mozambique ont mis en œuvre aujourd'hui six nouvelles subventions pour la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme et l'édification de systèmes de santé résilients et durables. Les nouvelles subventions, qui couvrent la période de mise en œuvre 2021-2023, visent à élargir l'accès aux services de prévention du VIH, de la tuberculose et du paludisme, en particulier pour les populations clés et vulnérables.

D'une valeur de 773 913 181 dollars US (soit une augmentation de 49 % par rapport au cycle d'allocation précédent), les nouvelles subventions sont le fruit d'un processus rigoureux et inclusif de dialogue au niveau du pays et d'octroi de subvention mené à bien dans le contexte difficile de la pandémie de COVID-19. Les subventions seront mises en œuvre par le ministère de la Santé, la Fundação para o Desenvolvimento da Comunidade (FDC), le Centro de Colaboração em Saúde (CCS) et World Vision International.

Le Fonds mondial aide le Mozambique dans sa lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme depuis 2004, année d'octroi des premières subventions. À ce jour, le Fonds mondial a investi plus de 2 milliards de dollars US pour en finir avec ces trois épidémies et pour renforcer les systèmes de santé dans l'ensemble du pays. Cette aide a conduit à une rapide expansion du traitement du VIH et à une diminution de 29 % du nombre de décès liés au sida dans le pays entre 2006 et 2019. En 2019 seulement, 95 100 personnes ont été traitées pour la tuberculose. Entre 2007 et 2019, les décès dus au paludisme de patients hospitalisés ont diminué de 87 %.

Le nouvel accord de subvention vise à étendre les services de prévention du VIH pour atteindre environ 2,1 millions d'adolescentes fréquentant ou non l'école et de jeunes femmes, et prévoit de nouvelles initiatives de prévention et de dépistage du VIH chez les populations clés. Le Mozambique espère faire passer le taux de couverture du traitement de la tuberculose de 60 % en 2019 à 80 % en 2023, mieux intégrer le traitement et la prévention de la tuberculose et du VIH et accroître les services de lutte contre les formes multirésistantes en reliant ces services aux interventions globales liées à l'identification des personnes tuberculeuses manquant à l'appel.

Enfin, les subventions continueront d'appuyer la priorité du pays, soit l'accès universel à des outils de qualité pour le diagnostic et le traitement du paludisme. Une part sensible de cet investissement est destinée à renforcer les systèmes de santé et à préparer ceux-ci à réagir efficacement aux nouvelles crises sanitaires, y compris le COVID-19.

Au cours de la cérémonie virtuelle de mise en œuvre, le Dr Armindo Tiago, ministre de la Santé du Mozambique, a déclaré : « Le gouvernement du Mozambique réitère son engagement à accorder la priorité au secteur de la santé, à combattre avec acharnement les trois maladies, à renforcer les systèmes de santé et les systèmes communautaires et à s'assurer que les ressources allouées par le truchement de ces subventions soient utilisées de manière efficace et responsable. »

Mark Edington, directeur de la gestion des subventions du Fonds mondial, a applaudi les résultats obtenus dans le pays et les efforts soutenus des partenaires dans la lutte contre les trois maladies. « Aujourd'hui, nous soulignons le travail remarquable qui a mené le Mozambique aussi loin dans la lutte contre les trois maladies. C'est avec enthousiasme que nous anticipons de travailler en étroite collaboration avec le gouvernement du Mozambique, les agences des Nations Unies, la société civile et les organisations communautaires pour atteindre les objectifs ambitieux des nouvelles subventions. »

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X