Afrique: La lutte contre les maladies tropicales négligées nous concerne tous

29 Janvier 2021

Salomon Dopavogui, directeur exécutif de Jeunesse Secours et vice-président de la coalition « La Société Civile Dit Non aux Maladies Tropicales Négligées », par ailleurs lauréat du Prix du Leadership Speak Up Africa 2020, appelle à une mobilisation générale en Afrique contre les maladies tropicales négligées.

L'année 2020 a redéfini notre approche de la santé publique tant à l'échelle des individus qu'à celle des communautés. Nous avons été témoins à tous les niveaux de l'importance croissante des campagnes destinées à changer notre façon de vivre et de travailler. Des célébrités, des décideurs politiques et des citoyens se sont unis pour protéger les plus vulnérables face à la pandémie et tous plaident pour que d'autres fassent de même.

Cet esprit de mobilisation est peut-être nouveau pour certains, mais il existe depuis longtemps en Afrique. En prenant position, en nous exprimant et en nous assurant que nos voix soient entendues, nous pouvons créer le changement et encourager le plus grand nombre pour atteindre nos objectifs de santé, de la prévention de la COVID-19 à l'élimination des maladies endémiques.

Comme beaucoup de mes compatriotes africains, je m'efforce d'empêcher la propagation de la COVID-19 en Afrique. Mais n'oublions pas qu'il existe aussi d'autres maladies qui causent des ravages dans nos communautés loin des projecteurs médiatiques, je pense en particulier aux maladies tropicales négligées ou MTN.

Les MTN sont un groupe de maladies transmissibles qui touchent plus de 1,5 milliard de personnes à travers le monde, dont 39 % vivent en Afrique. Les MTN existent sous de nombreuses formes, notamment l'éléphantiasis, la bilharziose, la lèpre ou le trachome. Bien que ces maladies puissent être prévenues et traitées, elles continuent de provoquer de graves défigurations et d'autres handicaps à long terme qui génèrent ensuite des obstacles considérables à l'éducation, à l'emploi, à la croissance économique et au développement général.

Afin d'éliminer ces maladies complexes et diverses, nous avons besoin de collaboration et d'expertise claires. C'est une mission que je suis fier de soutenir. Aujourd'hui, en cette Journée mondiale de lutte contre les MTN, les Africains témoignent de leur volonté d'éliminer ces maladies et font entendre leur voix. Je suis ravi de voir à travers le monde des décideurs politiques, des célébrités, des organisations de la société civile et des citoyens travailler ensemble pour mettre fin à cette souffrance négligée.

En tant que membre du premier réseau africain de la société civile contre les maladies tropicales négligées - La Société Civile Dit Non aux MTN - je fais partie d'une coalition qui vise à en finir avec ces maladies. Notre objectif commun est de fournir une plateforme de consultation et de collaboration aux organisations de la société civile (OSC) afin d'optimiser les efforts déployés dans la lutte contre les MTN.

Salomon Dopavogui a été lauréat du Prix du Leadership Speak Up Africa 2020. Crédit image: Speak Up Africa.

Lancée en 2018, la coalition a réussi à rassembler des citoyens, des dirigeants politiques, des entreprises du secteur privé et des OSC afin de sensibiliser à la lutte contre les MTN et de maintenir la priorité donnée aux engagements pris pour l'élimination de ce groupe de maladies.

Je suis très heureux de pouvoir soutenir le réseau en tant que directeur exécutif de Jeunesse Secours, une organisation à but non lucratif dédiée à renforcer la participation de la jeunesse et à la sensibiliser aux questions de santé. Je constate depuis longtemps l'importance fondamentale de la collaboration intersectorielle et de la mobilisation des jeunes, des journalistes et des organisations de la société civile pour alerter les populations et les rallier à la lutte contre les MTN.

Ce travail bénéficie non seulement à la vie des citoyens d'aujourd'hui, mais il contribue également à la réalisation de la feuille de route de l'Organisation mondiale de la Santé pour 2030 qui vise une réduction de 90 % du nombre de personnes nécessitant une intervention contre les MTN au cours de la prochaine décennie. Cet objectif est réalisable avec le soutien des OSC et des organisations partageant ces valeurs.Les OSC jouent en effet un rôle crucial dans les campagnes de santé, en créant un espace de collaboration fondé sur le principe de la santé comme droit humain fondamental. Ce sont les OSC qui rassemblent les communautés autour d'actions collectives, qui mobilisent l'opinion publique pour formuler ses exigences et qui portent ces combats du niveau local jusqu'à l'international.

L'engagement de ces groupes et leurs actions sur le terrain sont essentiels pour soulager les souffrances causées par ces maladies, et ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous pourrons réaliser cela.

Là où la pauvreté est omniprésente, les MTN finissent souvent par être acceptées comme faisant partie de la vie quotidienne des populations, mais cela n'a rien d'inéluctable. Les MTN ne sont pas une fatalité, et nous ne devons pas les accepter comme telle. Je continuerai à dire "Non aux MTN", et je vous invite tous à me rejoindre et à faire de même.

Plus de: SciDev.Net

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.