Algérie: Le rapport de Stora, un "prolongement" de la loi française glorifiant la colonisation

Le 13 février 1960, la France faisait exploser sa première bombe atomique, opération baptisée "Gerboise bleue", dans le ciel de Reggane, au Sahara, causant un désastre écologique et humain qui continue de générer des maladies

Alger — Le Secrétaire général de l'Organisation nationale des enfants de chouhada (ONEC), Tayeb El Houari, a estimé dimanche à Alger que le rapport du chercheur et historien français, Benjamin Stora sur la Mémoire, était "un prolongement" des dispositions de l'article 3 de "la loi du Parlement français glorifiant la colonisation".

Lors d'une rencontre avec les membres du Conseil national pour l'installation de la Commission de préparation du 6e Congrès de l'ONEC, M. Tayeb El Houari a plaidé pour la création d'un Conseil national de sauvegarde de la Mémoire collective, "cible ces derniers temps d'attaques et de démarches négatives visant à falsifier sa véritable profondeur".

Pour M. Tayeb El Houari, le chercheur et historien français Benjamin Stora "s'est inspiré des dispositions de l'article 3 de la Loi du Parlement français, du 23 février 2005, qui glorifie la colonisation".

Il a précisé, dans ce sens, que le document ne fait aucunement mention des nombreux crimes commis à l'encontre des Algériens depuis le début de l'occupation et jusqu'en 1962.

Citant les pratiques de torture, la déportation, les condamnations arbitraires à la peine capitale et bien d'autres autres crimes, M. Tayeb El Houari a appelé à l'écriture de la mémoire collective "par les Algériens eux-mêmes".

Par ailleurs, le SG de l'ONEC a saisi cette occasion pour rappeler l'importance que revêt la commémoration des massacres de Sakiet Sidi Youssef, le 8 février 1958, "en vue de sauvegarder la mémoire collective nationale et maghrébine pour pouvoir faire face aux défis sécuritaires et à la pensée néocolonialiste et préserver l'unité des peuples du Maghreb arabe, épris de liberté, de paix, de stabilité et d'autodétermination".

Le SG de l'ONEC a appelé, dans ce sens, les historiens et les chercheurs à "intensifier la recherche dans le domaine de l'Histoire, pour la préservation de la mémoire de la Nation et son enracinement chez les générations montantes, et partant être en mesure de relever tous les défis pour l'édification de l'Algérie nouvelle à laquelle aspire tout un chacun, le renforcement du front interne et l'unification des rangs en consécration des principes de la Déclaration du 1e novembre 1954.

Lors de cette rencontre, un programme a été tracé pour la commémoration de la Journée du Chahid, la célébration de l'anniversaire de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et la commémoration de la disparition de son fondateur, le chahid symbole Aissat Idir.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.