Somalie: Le Conseil de sécurité appelle à une reprise «d'urgence» du dialogue politique

Le Conseil de sécurité de l'ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé hier mardi 9 février les dirigeants somaliens à reprendre « d'urgence le dialogue » pour résoudre la crise politique en Somalie, dans une déclaration approuvée à l'unanimité lors d'une réunion à huis clos

Réuni à huis clos, et briefé par le représentant spécial de l'ONU en Somalie, James Swan, le Conseil de sécurité a décidé d'envoyer un signal fort à Mogadiscio : à l'unanimité, il se félicite des efforts des autorités fédérales et régionales à essayer de trouver un consensus. Sans le mentionner, le Conseil fait référence à l'accord trouvé en septembre dernier entre le président Farmajo, cinq leaders régionaux et le maire de Mogadiscio pour la tenue d'élections avant le 8 février. La Somalie doit organiser des élections législatives et présidentielle mais les législatives ont été repoussées deux fois. La présidentielle elle est incertaine alors que le mandat du chef de l'Etat a expiré le 8 février.

Mais en même temps, le Conseil se dit toutefois préoccupé qu'aucune solution n'ait été trouvée à l'issue des discussions de samedi entre les parties. Tout en prenant bonne note de rencontre prévues le 15 février prochain, il réclame l'organisation d'élections inclusives rapidement.

La Somalie sera à nouveau à l'agenda du Conseil à la fin du mois de février, quelques jours avant le renouvellement de l'Amisom, la force de l'Union Africaine. Après le départ de 700 soldats américains du territoire somalien mi-janvier, la perspective de perdre 20.000 soldats de l'Amisom pourrait amener plus d'instabilité. Le Conseil a enfin condamné les attaques terroristes des islamistes radicaux shebabs.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.