Cote d'Ivoire: Réconciliation - L'appel de Yamoussoukro lancé

Initiée par l'ong " Tominou", une journée de réflexions et d'échanges pour la réconciliation et la paix en Côte d'Ivoire a eu lieu le samedi 6 février 2021 , à la Fondation Félix Houphouët- Boigny de Yamoussoukro en présence du ministre en charge de la Réconciliation nationale, Kouadio Konan Bertin (KKB) Les participants à cette rencontre ont lancé « l'appel de Yamoussoukro » à travers lequel ils invitent entre autres les populations de Yamoussoukro, partant de l'ensemble du territoire national, à construire un idéal démocratique dans un environnement apaisé, à faire preuve de tolérance, d'ouverture, d'écoute, d'acceptation de l'autre dans sa différence ( culturelle, ethnique, religieuse, politique etc).

Ils appellent à rejeter la violence sous toutes ses formes ; à faire de la société Ivoirienne un modèle pacifique et tolérant. Ils invitent également à cultiver au quotidien les valeurs de la culture de la paix ; à résoudre les conflits par la négociation et le dialogue ; à participer activement au processus de réconciliation en acceptant de construire de nouvelles relations basées sur la convivialité et le respect de l'autre.

Ils recommandent surtout au gouvernement de mettre en place une politique permanente de réconciliation nationale ; au ministère en charge d'éducation et de la formation d'introduire l'éducation à la réconciliation dans le système éducatif ; aux populations de promouvoir les alliances interethniques comme moyen privilégié de prévenir et de résolution des conflits ; à la société civile, de créer des espaces de réconciliation d'échange permanent, démocratique et inclusif ; aux partis politiques, de s'inscrire dans la logique de la paix et de dialogue dans l'intérêt supérieur de la Côte d'Ivoire.

Intervenant à cette rencontre, le ministre Kouadio Konan Bertin a dit : " Nous sommes capables de relever le défi de la compréhension mutuelle, de la réconciliation, pour parvenir à la paix, notre ultime, notre priorité". Il a invité les uns et les autres à être des ambassadeurs de la paix dans leurs familles et communautés. « Nous devons nous refaire à l'idée que la Côte d'Ivoire est riche de nos différences de pensée, de vie et de religion. Nous avons la chance de vivre dans un pays de pluralité de partis politiques et de libertés de vote", a-t-il dit. Il a invité les leaders politiques à désarmer leurs paroles, les journalistes à désarmer leurs plumes et les populations à désarmer leur cœurs , en vue de créer un climat social apaisé et aboutir à des élections législatives sans heurt.

Par ailleurs, KKB s'est réjoui de la démarche des leaders politiques de la ville de Yamoussoukro , notamment du ministre du commerce et de l'industrie, Souleymane Diarrassouba , du ministre- gouverneur ,Augustin Thiam et du maire de la commune Kouakou Gnrangbé qui ont fumé le calumet de la paix , à cette cérémonie. Ces derniers qui se regardaient en chien de faïence, ont décidé désormais de se fréquenter afin de baiser les tensions politiques dans la capitale politique."Nous sommes bien à Yamoussoukro, si Yamoussoukro n'inspire la paix , comment peut-on s'étonner que la Côte d'Ivoire elle-même soit en difficulté. Donc , il faut combattre le mal à la racine .Je suis heureux qu'on commence ici , à semer la paix à Yamoussoukro , dans l'espoir que cela rejaillisse sur l'ensemble du pays " a-t-il dit.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.