Tchad: Opposition tchadienne - La candidature unique et le choc des ambitions

Flickr
Idriss Deby, Président du Tchad
analyse

C'est rare dans les agendas politiques pour ne pas être souligné : ce mardi 9 février, 16 partis d'opposition tchadiens ont désigné un candidat unique à la présidentielle du 11 avril prochain, et leur choix s'est porté sur Me Théophile Bongoro, notaire de son état, pour porter les couleurs de l'«Alliance victoire» avec eux.

Un choix plutôt surprenant pour nombre d'observateurs de la scène politique tchadienne, qui s'attendaient à ce que ce fût l'opposant politique Saleh Kebzabo, battu à la régulière par 9 voix contre 5.

En décidant de mutualiser leurs forces, les formations politiques qui viennent de contracter cet accord veulent se donner plus de chance face au président sortant, Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 1990, et qui brigue un 6e mandat.

Il n'est pas sûr que l'évènement d'hier suffise à déboulonner l'insatiable Déby, mais on ne peut que le saluer dans une Afrique où beaucoup préfèrent être la tête d'un rat que la queue d'un lion, pour reprendre la savoureuse image d'un homme politique burkinabè. Encore faut-il d'ailleurs que le pacte soit respecté par tous, et la question se pose de savoir ce que sera la ligne de conduite de l'ancien journaliste, qui s'est battu ces dernières décennies pour l'ancrage de la démocratie et la bonne gouvernance dans son pays, mais qui à 74 ans a plutôt son avenir politique derrière lui.

Les votants ayant fait le choix de la jeunesse en misant sur un quinquagénaire, le natif de Léré, qui a fait preuve d'un remarquable fair-play en félicitant son adversaire, va-t-il s'y plier définitivement ou alors se laisser pousser par sa propre famille politique et biologique ? A moins que ce ne soit une ambition dévorante, fera-t-il bande à part en se portant candidat malgré tout ?

De nombreux précédents sur le continent incitent à la prudence, notamment celui de la RDC en 2018 : on se rappelle que l'encre qui avait servi à coucher l'accord de Bruxelles n'avait pas encore séché que Tshisekedi, Katumbi, Bemba, Kaméré et autres se sont attelés à déchirer consciencieusement l'arrangement qui venait d'être conclu.

Il faut donc espérer que les opposants tchadiens, en bons démocrates qu'ils sont censés être, respecteront le verdict des urnes d'hier, pour ne pas faciliter davantage la tâche au petit berger de Berdoba, même si on peut penser que Me Bongoro, dont le Parti pour le rassemblement et l'équité a été créé il y a à peine 3 ans, ce n'est peut-être pas le meilleur cheval qui soit pour aller à l'assaut de l'imprenable citadelle Déby.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.