Congo-Kinshasa: Les familles de Chebeya et Bazana demandent l'arrestation du général John Numbi

Archive - Audience publique le 21/04/2015 à Kinshasa, lors de l’ouverture du procès Chebeya en appel

Les réactions se multiplient après l'enquête de RFI sur l'assassinat des militants des droits de l'homme, Floribert Chebeya et Fidèle Bazana en 2010. Deux policiers ont témoigné à visage découvert et ont avoué y avoir eux-mêmes participé. Les familles, elles, demandent la réouverture du procès et que les responsabilités soient établies au plus haut niveau. Elles demandent notamment l'arrestation du général John Numbi avec qui Floribert Chebeya avait rendez-vous le jour de son assassinat.

Le général John Numbi n'était pas présent à l'Inspection générale de la police au moment du double assassinat, et les deux nouveaux témoins cités par RFI ne lui ont jamais directement parlé, mais ils ont vu le chef de l'opération, le major Christian Ngoy Kenga Kenga se rendre chez le général et revenir plus tard en donnant des ordres en son nom. Après le meurtre, Hergil Ilunga et Alain Kayeye disent également avoir été cachés dans les maisons de John Numbi, à Kinshasa et à Lubumbashi.

Au grand dam des avocats des parties civiles, l'ancien patron de l'Inspection générale de la police avait été appelé comme simple renseignant au cours du procès. Ce qui, pour l'un de ses proches, prouve que malgré une longue procédure judiciaire sa responsabilité n'avait jamais pu être établie. En 2016, John Numbi avait pourtant été placé sous sanctions des États-Unis et de l'Union européenne, pour cette affaire, indiquent des sources diplomatiques.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Félix Tshisekedi, les chancelleries et notamment les États-Unis appelaient à ce qu'il soit démis de ses fonctions d'Inspecteur général de l'armée, le dernier poste qu'il a occupé. Cela a finalement été fait en juillet 2020. John Numbi va-t-il maintenant être poursuivi comme le demandent les familles des deux défenseurs des droits de l'homme ? « L'appel a été entendu », explique un proche du président Tshisekedi. « Mais on lui demande d'agir, pas de parler », ajoute-t-il.

Sollicité par RFI, le général John Numbi ne s'est pas encore exprimé sur les allégations dont il fait l'objet.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.