Cameroun: Lutte contre la corruption - La Conac au front à Yoko

Sous la présidence du révérend Dieudonné Massi Gams, la Commission nationale anti-corruption a lancé hier une campagne de sensibilisation auprès des jeunes de cet arrondissement

La Commission nationale anti-corruption (Conac) veut briser les chaînes de la corruption à la base. A cet effet, elle a choisi la place des fêtes de Yoko, dans le département du Mbam-et-Kim, région du Centre pour y lancer hier, une campagne de sensibilisation et de vulgarisation du concept: « Ce qui ne t'appartient pas, n'y touche pas ». Pour cette première dans cette cité carrefour du pays, la Conac a ciblé les élèves de la maternelle, du primaire et du secondaire, considérés comme dirigeants de demain. D'après le révérend Dieudonné Massi Gams, président de cette institution, il est question à travers cette campagne « d'inculquer le respect de la chose d'autrui, la valeur d'intégrité chez les jeunes ». Il y va de l'avenir des familles, des régions et du pays, a-t-il fait savoir.

Parce que cette activité cadre avec la semaine de la Jeunesse, le président de la Conac et sa délégation ont visité quelques établissements scolaires de la place. Tour à tour, ils se sont rendus au lycée technique, au lycée de Yoko, ainsi que dans quatre écoles maternelles et primaires pour délivrer ce message. A chaque étape de son périple, Dieudonné Massi Gams a suggéré aux responsables de ces différents établissements, de faire répéter le slogan aux élèves, pendant les rassemblements et dans les salles de classes, aux fins de l'intérioriser et l'incarner. Le président de la Conac a expliqué qu' « en répétant cette phrase, ces derniers garderont en esprit l'importance de ne pas toucher à ce qui ne leur appartient pas ». C'est dans cette logique que des affiches frappées du slogan ont été collées sur les murs de ces écoles. Des flyers en vignette distribués aux élèves, et les rapports sur l'état de la lutte contre la corruption au Cameroun en 2019 remis aux enseignants. A l'intention de ces derniers, il a recommandé le respect de l'éthique et de la déontologie qui gouvernent leur noble métier.

La Commission nationale anti-corruption a également profité de cette tournée pour primer l'excellence scolaire. Ainsi, diplômes d'intégrité, tee-shirt, casquettes et autres gadgets ont été remis aux élèves ayant obtenu de meilleures notes au premier trimestre. Des enseignants dévoués aussi. Des plaques anti-corruption ont été fixées sur les édifices publics de la ville Tout ceci en présence du préfet du Mbam-et-Kim, Irené Galim Ngong et du maire de la ville, Dieudonné Annir Tina.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.