Afrique: Malnutrition chronique, pauvrete et Covid-19 - 1,2 million d'enfants supplémentaires menacés d'un retard de croissance en 2022

Un tiers de la population urbaine et la grande majorité des ruraux pauvres utilisent des combustibles solides pour cuisiner leurs repas quotidiens sur des feux ouverts ou des fourneaux inefficaces.
11 Février 2021

Plus de 30% des enfants, dans 24 pays en Afrique où la prévalence est la plus élevée, souffrent de malnutrition chronique. En somme, 1 enfant africain sur 3 ne reçoit pas les apports nutritionnels dont il a besoin pendant les 1000 premiers jours de sa vie pour bien grandir. Pis les conséquences de la pandémie de la Covid-19 sur les systèmes de santé des pays et sur l'économie mondiale ont exacerbé la crise de malnutrition sur le continent où 1,2 million d'enfants supplémentaires souffriront d'un retard de croissance, en 2022. Pour y remédier, l'initiative de l'ONU, UNITLIFE, et la Fondation Ecobank ont lancé la campagne panafricaine «Make the Connection».

144 millions d'enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique dans le monde. La prévalence est la plus élevée en Afrique où, dans 24 pays, plus de 30% des enfants sont atteints par cette maladie appelée aussi kwashiorkor. En d'autres termes, 1 enfant africain sur 3 ne reçoit pas les apports nutritionnels dont il a besoin pendant les 1000 premiers jours de sa vie pour bien grandir.

Ces enfants subissent les conséquences irréversibles de la malnutrition chronique sur leur croissance physique, leur développement cognitif et leur système immunitaire tout au long de leur vie. Et comme sis cela ne suffisait, les perturbations causées par la pandémie de la Covid-19 sur les systèmes de santé des pays et sur l'économie mondiale ont exacerbé la crise de malnutrition en Afrique. Cela s'explique par le fait que les aliments à haute valeur nutritive tels que les légumes, les fruits et les aliments d'origine animale sont devenus moins accessibles et moins abordables pour des millions de familles.

Face à l'ampleur et pour voler à la rescousse de ces mineurs, l'initiative de l'ONU, UNITLIFE, et la Fondation Ecobank s'unissent pour prévenir la malnutrition chronique chez les enfants en Afrique et protéger son capital humain. Pour cela, UNITLIFE et la Fondation du Groupe Ecobank, annoncent le lancement de la campagne «Make the Connection» qui vise à sensibiliser et à mobiliser des fonds pour prévenir la malnutrition chronique en Afrique, informe un communiqué parvenu à notre Rédaction.

EFFET DESASTREUX DE COVID-19 SUR LES REVENUS DES POPULATIONS ET LEURS CAPACITES A ACCEDER A DES ALIMENTS NUTRITIFS

«Partout en Afrique, la pandémie de la Covid-19 a eu un effet désastreux sur les revenus des populations et leurs capacités à accéder à des aliments nutritifs. Les projections du consortium Standing Together for Nutrition indiquent qu'en 2022, près de 1,2 million d'enfants supplémentaires souffriront d'un retard de croissance en Afrique subsaharienne par rapport à 2019 en raison des interruptions des services de nutrition et de l'augmentation de la pauvreté des ménages.

Il est impératif de mettre davantage en lumière la malnutrition chronique en ces temps difficiles. UNITLIFE se réjouit de s'associer à la Fondation Ecobank pour sensibiliser et collecter des fonds pour lutter contre cette maladie», déclare Assia Sidibe, Directrice des programmes du secrétariat de UNITLIFE. Ecobank soutient les efforts de communication de la campagne et apporte l'expertise nécessaire à la mise en place des mécanismes de levée de fonds. «À la Fondation, notre objectif est de créer un impact positif sur la vie des gens à travers l'Afrique.

Soutenir UNITLIFE nous aide à réaliser notre mission. Nous sommes heureux de pouvoir contribuer à permettre un avenir plus sain et plus prospère aux enfants d'Afrique», explique Carl Manlan, Directeur des opérations de la Fondation Ecobank explique :. La campagne «Make the connection» s'inscrit dans le cadre de l'effort mondial pour mobiliser des ressources supplémentaires pour le développement et contribue à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies pour 2030, en particulier l'ODD 2 : «Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l'agriculture durable».

EN AFRIQUE, LE COUT DE LA DENUTRITION ESTIME A 16% DU PIB DE CERTAINS PAYS

La malnutrition chronique est une maladie qui se développe lorsque les enfants ne reçoivent pas les nutriments dont ils ont besoin pendant les 1000 premiers jours de la vie (de la grossesse d'une femme jusqu'au deuxième anniversaire de l'enfant). Les conséquences de la malnutrition chronique, retard de croissance, développement cérébral altéré et système immunitaire affaibli, sont en grande partie irréversibles, empêchant les enfants atteints de se développer pleinement. Aujourd'hui, 1 enfant sur 5 dans le monde souffre de malnutrition chronique. Par rapport à leurs pairs, les enfants souffrant de cette maladie ont du mal à réussir à l'école et gagnent en moyenne 20% de moins à l'âge adulte.

La présence de malnutrition chronique est non seulement une tragédie humaine, mais également un énorme obstacle au développement économique des pays. En Afrique, où elle touche 1 enfant sur 3, le coût de la dénutrition est estimé à 16% du Produit intérieur brut (PIB) de certains pays. Bien qu'elle touche 144 millions d'enfants dans le monde, la malnutrition chronique reste peu connue du public, regrette la source. UNITLIFE est l'initiative des Nations Unies dédiée à la lutte contre la malnutrition chronique par l'innovation. Il a été créé par le UN Capital Development Fund (UNCDF) et ONU-Femmes. UNITLIFE finance des systèmes alimentaires nutritifs et investit dans l'autonomisation des femmes et une agriculture climato-intelligente. Avec cette approche, UNITLIFE vise à protéger les générations futures, conclut la même source.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.