Afrique: Lu pour vous / Briser le plafond de verre scientifique - Quatre femmes africaines partagent ce qu'il a fallu

11 Février 2021

Moins de 30% des chercheurs dans le monde sont des femmes et les données de l'UNESCO montrent que seulement 30% environ de toutes les étudiantes choisissent les domaines des sciences, de la technologie, de l'ingénierie et des mathématiques (STEM) au niveau tertiaire. Quatre femmes scientifiques africaines partagent leurs expériences dans la création de carrières dans les STEM.

DR DAYO AKANDE, NIGÉRIA

Je ne peux pas oublier mon expérience en tant qu'élève du secondaire: après m'être qualifiée pour un concours scientifique au niveau de l'État en 1989, on m'a demandé de rester en arrière et de laisser partir mon camarade de classe, car il n'y avait qu'un parrainage pour qu'une personne assiste à la présentation. Il était le seul reconnu à leur retour. Je me sentais mal, comme si c'était un crime d'être une fille. Il y a aussi le biais d'être perçu comme incapable. Ne pas avoir une chance égale de montrer ce dont vous êtes capable. Une fois, j'ai été abandonnée pour une bourse parce que j'étais enceinte - une décision prise non pas par les bailleurs de fonds mais par un comité présidé par une professeure. De tels biais ont des conséquences sur le secteur des STEM. Il a la chance de perdre les meilleures mains. Et les femmes seront découragées de participer pleinement au secteur, d'être reconnues et de réaliser leur potentiel. L'ensemble de la population doit être sensibilisée à la nécessité de permettre aux femmes de concourir et de montrer leurs capacités en STEM. Tout le monde est responsable: les parents, les enseignants, les décideurs et les femmes aussi. Mes parents, par exemple, ont toujours dit: «Vous n'êtes pas inférieur (intellectuellement) à n'importe quel homme.» Je suis également mariée à un homme qui me stimule et facilite le voyage. L'intervention la plus efficace, je pense, est de laisser les femmes monter sur scène et montrer de quoi elles sont capables.

PROFESSEUR EKANEMIKPI BRAIDE, NIGÉRIA

Les STEM me plaisent parce qu'elles imprègnent tous les aspects de la vie. La plupart des problèmes de construction nationale peuvent être résolus en appliquant les STEM. L'attitude de résolution de problèmes exigée des scientifiques rend la vie très excitante. Personnellement, je n'ai connu aucun parti pris (dans ma carrière) mais j'ai vu de nombreuses femmes subir des préjugés. Dans la plupart des cas, en particulier parmi les élites, il est subtil et non direct. Personne ne dirait «Je ne peux pas vous employer parce que vous êtes une femme» ou «Je ne peux pas vous promouvoir parce que vous êtes une femme» - bien que la raison en soit en fait le sexe. Chez les parents, en particulier dans les zones rurales, c'est plus direct. De nombreux parents diraient: «Laissez d'abord votre frère à l'école parce que nous n'avons pas d'argent.» Culturellement, dans la plupart des sociétés, les filles sont considérées comme inférieures aux garçons.

D'une manière ou d'une autre, cette croyance a imprégné tous les aspects de la vie au Nigéria et la discrimination continue. Le point de départ pour éliminer la discrimination à l'égard des filles est l'éducation, qui n'est pas abordable pour de nombreux ménages en raison de la pauvreté. Les mariages précoces et les grossesses non désirées entravent l'éducation des filles. Mais lorsque les filles sont éduquées, il y a un effet multiplicateur : il y a une amélioration de l'alphabétisation, du revenu familial, de la santé de la famille, des qualifications pour l'emploi et des aspirations professionnelles. L'un des moyens par lesquels le Nigéria pourrait apporter un changement positif est d'appliquer la loi de 2004 sur l'éducation de base universelle. Il donne mandat à chaque gouvernement nigérian de fournir une éducation de base obligatoire et gratuite à chaque enfant, de l'école primaire au collège. S'il était appliqué, il permettrait aux filles d'acquérir une éducation de base. Il existe d'autres politiques, notamment la Stratégie pour l'accélération de l'éducation des filles. Ces politiques existent mais ne sont pas pleinement appliquées car les frais sont toujours facturés dans de nombreuses écoles.

PROFESSEUR AINA ADEOGUN, NIGÉRIA

Les ingrédients clés de la progression de carrière sont l'opportunité, la disponibilité et la concentration. Pour les femmes scientifiques nigérianes, un temps considérable est perdu pour la maternité et les soins à la famille.

En raison de l'attente que les femmes soient les partenaires à sacrifier pour la famille, beaucoup de femmes scientifiques par ailleurs excellentes au Nigéria n'ont pas été en mesure d'atteindre le sommet. Au moment où ils sont prêts à progresser dans leur carrière, il n'y a pas de programmes d'intégration spéciaux pour les aider. Les perceptions mettront du temps à changer. L'éducation sur le rôle des fillettes dans l'édification de la nation est essentielle. Nous pouvons initier cela en ayant des groupes qui interagissent avec les écoles secondaires via des plates-formes d'association de parents et d'enseignants. Ces engagements devraient présenter des femmes scientifiques comme conférencières. Les femmes scientifiques qui commencent leur carrière doivent également être impliquées, pour le mentorat et pour «passer le relais».

Des interventions efficaces existent. Des universités comme Oxford et Cambridge ont reconnu les particularités et les pressions exercées sur les femmes scientifiques. Ils ont des programmes qui incluent l'octroi de subventions de réintégration allant jusqu'à 10 000 £ pour embaucher une étudiante postdoctorale pour les femmes universitaires qui reviennent après des soins de maternité. Ce type d'approche ciblée pour combler le fossé entre les femmes et les hommes scientifiques est inexistant au Nigéria. Mon principe personnel est le suivant: «S'il y a une raison pour laquelle un concept particulier fonctionne, alors poursuivez cette raison et omettez les 50 raisons pour lesquelles cela ne fonctionnera pas.» Je dois remercier mon arrière-grand-mère, mes grands-parents et mes parents. Ils m'ont fait réaliser que je pouvais faire tout ce que je tenais à faire. Nous devons réorienter les perceptions des parents sur la manière de donner à tous les enfants des chances égales de s'épanouir dès les premiers stades. Cette approche positive de la vie garantira que nous positionnerons nos filles intuitives et très ingénieuses pour devenir des pionnières dans les STEM.

PROFESSEUR REBECCA ACKERMANN, AFRIQUE DU SUD

J'ai toujours été intéressé à comprendre comment les choses fonctionnent, et c'est vraiment au cœur de ce que font les scientifiques. Remarquez quelque chose d'intéressant. Essayez de l'expliquer. J'ai toujours veillé à faire de la science selon mes propres conditions. Cela comprend des heures de travail saines et une attention égale à la famille et aux amis, afin de ne pas s'épuiser. Academia n'est pas un sprint, c'est un marathon. J'ai rencontré des préjugés dans ma carrière. Cela va du harcèlement sexuel manifeste, à l'intimidation et à la violence verbale, en passant par des choses plus subtiles comme le fait que mon travail soit négligé. Cela m'est arrivé à moi et à d'autres que je connais, y compris à mes étudiants. Cela reflète un parti pris manifeste mais aussi systémique qui est si omniprésent et enraciné que les gens ne se rendent même pas compte qu'ils sont biaisés. Les femmes ne sont tout simplement pas prises aussi au sérieux que les hommes dans la société. Cette dynamique est amplifiée dans les domaines STEM, où les femmes sont souvent sous-représentées. Les préjugés poussent les femmes à quitter les domaines des STIM, ce qui nuit à la science. Toute science est façonnée par les gens qui la font, et il est bien connu que la diversité produit une meilleure science .

La diversité apporte plus de contextes, d'expériences, de visions du monde et d'angles pour considérer un problème, ce qui façonne les questions posées et la manière dont les preuves sont interprétées. Cela supprime le biais qui vient de l'homogénéité de la pensée, nous donnant plus de certitude scientifique que nous obtenons la bonne réponse. Beaucoup de gens pensent que si chacun fait sa petite part pour promouvoir la diversité scientifique, y compris la diversité des sexes, nous évoluerons vers l'équité et la justice. À mon avis, cette approche lente et graduelle a été en grande partie infructueuse.

Les domaines STEM doivent être poussés vers la justice. Cela comprend, entre autres choses, se renseigner sur l'importance de la diversité en science, faire de la formation sur les préjugés, défendre l'équité en matière d'emploi et y arriver, créer des espaces et des pratiques inclusifs. Je vois principalement des femmes et des personnes de couleur dans l'espace de transformation, ce qui me dit que tout le monde ne fait pas le travail pour nous faire avancer dans la bonne direction.

AUTEURS

Natasha Joseph, Editeur de mise en service indépendant

Ogechi Ekeanyanwu, Rédacteur de la mise en service: Nigéria

Wale Fatade, Rédacteur de la mise en service: Nigéria

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.