Afrique: Covid-19 - Hausse de 40% des décès en janvier (OMS)

Covid-19
11 Février 2021

Quelques 40% de nouveaux décès liés au nouveau coronavirus ont été enregistrés le mois dernier en Afrique. Cette hausse risque de faire passer le nombre de morts à 100.000 depuis que le premier cas de Covid-19 a été signalé sur le continent africain le 14 février 2020.

Selon le Bureau régional pour l'Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), cette hausse du nombre de morts intervient alors que le continent africain se bat contre de nouveaux variants plus contagieux et se prépare à la plus grande campagne de vaccination de son histoire.

« Cette sombre étape doit permettre à tout le monde de se recentrer sur l'éradication du virus », a déclaré la Dre Matshidiso Moeti, Directrice du Bureau régional pour l'Afrique de l'OMS.

Plus de 22.300 décès ont été signalés en Afrique au cours des 28 derniers jours, contre près de 16.000 au cours des 28 jours précédents. Et selon l'OMS, le continent africain devrait franchir le seuil des 100.000 décès dans les prochains jours.

Une deuxième vague plus meurtrière

Au cours de la semaine dernière, la région africaine de l'OMS a signalé plus de 84.800 cas et un peu plus de 3.200 décès, soit une baisse de 22% des cas et de 30% des décès respectivement par rapport à la semaine précédente. Selon l'OMS, c'est la troisième semaine consécutive que la région fait état d'une baisse du nombre de nouveaux cas et de décès.

Mais la situation varie d'un pays à autre. Au total, 32 pays ont enregistré une hausse du nombre de décès au cours des 28 derniers jours, tandis que 21 ont fait état de taux stables ou en baisse. Cette tendance se traduit par un taux de mortalité, qui est passé à 3,7% au cours des 28 derniers jours, contre 2,4% au cours des 28 jours précédents.

Cette hausse de la mortalité liée à la Covid-19 survient alors que cette deuxième vague de cas en Afrique, qui a débuté en octobre 2020, semble avoir atteint son pic le 6 janvier dernier. Selon l'OMS, cette deuxième vague, qui s'est répandue beaucoup plus rapidement que la première, est bien « plus meurtrière ».

Lors de cette deuxième vague, les cas ont dépassé de loin le pic atteint lors de la première, et les établissements de santé ont été débordés.

La production d'oxygène reste insuffisante dans 15 pays africains

« L'augmentation du nombre de décès est tragique, mais elle constitue également un signe inquiétant que les travailleurs de la santé et les systèmes de santé en Afrique sont dangereusement surchargés », a alerté la Dre Moeti.

Les rapports préliminaires de 21 pays montrent que 66% d'entre eux ont fait état d'une capacité insuffisante en matière de soins intensifs. Près du quart des pays a fait état d'un épuisement professionnel chez les agents de santé. Quelque 15 pays ont indiqué que la production d'oxygène, essentielle pour les patients gravement malades atteints de Covid-19, reste insuffisante.

Le premier anniversaire du premier cas de Covid-19 en Afrique intervient alors que le continent est confronté à la propagation de nouvelles souches de virus. Le variant sud-africain (501Y.V2 également connue sous le nom de B1.351), a été détecté dans huit pays africains, tandis que le variant britannique (VOC202012/01 également connue sous le nom de B1.1.7) a été signalé dans six pays du continent.

L'OMS avertit que de nouveaux variants sont susceptibles d'apparaître à mesure que le virus continue à se propager. Dans ces conditions, l'agence onusienne préconise que « des mesures préventives soient maintenues même si l'Afrique se prépare à commencer les vaccinations contre le coronavirus ».

« Sortez et faites-vous vacciner dès qu'un vaccin sera disponible » - Dre Moeti

« Si les cas restent pour la plupart légers et modérés et ne nécessitent pas de soins intensifs, nous pouvons alors sauver de nombreuses vies », insiste la Dre Moeti, délivrant un message aux Africains : « Sortez et faites-vous vacciner dès qu'un vaccin sera disponible dans votre pays ».

Alors que les deux variants sont signalés dans au moins 14 pays, l'Afrique du Sud a annoncé cette semaine qu'elle interrompait le déploiement du vaccin d'Oxford/AstraZeneca après qu'une étude a montré des résultats « décevants » contre le nouveau variant sud-africain de la Covid. « C'est évidemment une nouvelle très décevante, mais la situation est très dynamique », a fait remarquer la cheffe de la branche africaine de l'OMS.

« Si un vaccin qui protège contre toutes les formes de Covid-19 est notre plus grand espoir, la prévention des cas graves qui submergent les hôpitaux est cruciale », a fait remarquer la Dre Moeti, ajoutant que « la pandémie est loin d'être terminée ».

Si les vaccins sont un « outil essentiel » dans la lutte contre le coronavirus, l'OMS appelle à renforcer les investissements et l'aide aux systèmes de santé. « Nous devons soutenir nos travailleurs de la santé, en portant un masque, nettoyant régulièrement les mains et en respectant une distanciation physique sûre », a rappelé la Dre Moeti.

Plus de 3,7 millions de cas de Covid-19 ont été signalés sur le continent africain dont plus de 3,2 millions patient guéris et 96.000 décès.

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.