Afrique: Il est temps de faire du rêve africain une réalité" - Mario Mendes

interview

Dites-nous en plus sur votre entreprise d'aquaculture ?

Frutos da Lagoa Limited, a été créée en 2019. Nous exploitons une pisciculture semi-intensive ici dans la région de Caxito en Angola, avec une capacité de production de 500 tonnes de poissons-chats par an.

Notre objectif est de devenir un centre de transformation régional pour tous les types de produits de la pêche, avec une portée nationale, voire internationale, en fonction de la capacité de distribution de la zone de libre-échange du continent africain (ZLECAf)

Notre programme de sensibilisation sociale offre aux petits exploitants agricoles une formation, des alevins et de la nourriture pour élever leurs propres poissons. Nous protégeons les producteurs extérieurs des variations du marché en garantissant le rachat des poissons élevés selon des normes de qualité convenues. (Les producteurs extérieurs sont des agriculteurs engagés par une entreprise pour assurer un approvisionnement constant en produits agricoles).

Mario Mendes.

Pour étendre notre programme d'action sociale, nous nous sommes associés à Coopera, une coopérative de crédit, pour financer les investissements initiaux et le fonds de roulement.

Nous avons contourné la difficulté institutionnelle d'accorder des crédits aux petits agriculteurs en établissant des relations de confiance avec la communauté et en utilisant la pression sociale pour persuader les gens d'honorer leurs engagements financiers.

En conséquence, nous avons pu obtenir de bons rendements à un risque acceptable et nous sommes maintenant en pourparlers pour obtenir un financement des banques commerciales.

Les échanges commerciaux dans le cadre de l'accord de libre-échange ZLECAf ont commencé en janvier 2021. Comment pensez-vous qu'elle profitera à des entreprises comme la vôtre ?

Heureusement, l'Angola a signé et ratifié la ZLECAf. Quant à la mise en œuvre, je suis d'un optimisme prudent. L'accord de libre-échange peut être une grande opportunité pour l'Angola de capitaliser sur ses avantages comparatifs, à savoir une énergie relativement bon marché, des infrastructures raisonnables et des terres arables abondantes, pour devenir un centre régional de commerce agro-industriel.

L'accord de libre-échange pourrait accroître considérablement ma clientèle. Cependant, la prudence est également de mise. Selon le classement de la Banque mondiale, l'Angola doit améliorer son environnement commercial. Le commerce transfrontalier obtient des scores particulièrement bas.

Par conséquent, la mise en œuvre de l'accord de libre-échange de l'Afrique doit s'accompagner de changements institutionnels radicaux pour améliorer les conditions des affaires et la compétitivité du marché local.

Toutefois, j'ai bon espoir que l'accord de libre-échange de la ZLECAf incitera le gouvernement angolais à mettre en œuvre d'urgence les réformes de marché dont il a tant besoin.

Qu'est-ce qui vous a amené à créer Frutos da Lagoa ?

Lorsque j'ai démarré cette ferme d'élevage de poissons-chats sur un terrain rural appartenant à mes parents, je ne connaissais pas grand-chose de l'entreprise. J'ai fait carrière dans les infrastructures, le pétrole et le gaz. Pourtant, j'ai pensé que ce serait une aventure amusante de me diversifier dans l'agrobusiness.

Comme toute autre entreprise, notre objectif est d'offrir une valeur à long terme à nos actionnaires. Si les bénéfices sont importants, ils ne sont pas la seule mesure. Lorsque nous nous concentrons sur la valeur plutôt que sur la maximisation du profit, nous avons une approche plus large pour mesurer l'impact de notre entreprise.

Compte tenu des niveaux élevés de pauvreté, du chômage des jeunes et de nombreux autres problèmes sociaux, nous pensons que la seule façon pour une entreprise de créer de la valeur à long terme pour ses actionnaires est d'inclure la communauté et de croître avec elle.

Quel a été le montant de l'investissement dans le projet ?

Jusqu'à présent, j'ai investi environ 500 000 dollars.

Pourquoi avez-vous choisi d'avoir des femmes comme petits exploitants agricoles ?

L'égalité des sexes est une valeur importante pour notre entreprise. Cependant, nous n'avons jamais eu à faire de programmes délibérés d'inclusion de genre car les femmes étaient déjà là. En Angola, les femmes ont toujours joué un rôle actif dans le secteur agricole. Les hommes ont tendance à chercher des emplois dans les zones urbaines. D'autre part, les femmes sont également des commerçantes expertes qui vendent leurs produits sur les marchés informels.

Ainsi, les femmes sont devenues une partie intégrante de toutes les étapes de notre chaîne d'approvisionnement, de la sous-traitance (embauche de personnes pour fournir des produits agricoles), à la distribution et à la commercialisation sur le marché informel, où nous traitons presque exclusivement avec des femmes qui ont réuni des fonds pour acheter de grandes quantités de poisson.

Comment encouragez-vous les gens d'autres régions du pays à voir les avantages de cette activité ?

La meilleure façon d'encourager les autres est d'avoir une entreprise rentable, et non pas seulement de viser un impact social positif. Dès que les autres réaliseront qu'il y a de l'argent à gagner, ils entreront sur le marché, ce qui profitera à la communauté.

Des défis à relever jusqu'à présent ?

Mon défi immédiat est de trouver le meilleur équilibre entre des niveaux de production acceptables et la sécurité des employés pendant la pandémie COVID-19.

Autour du sujet

Mario Mendes : Ce que j'ai retenu de mon expérience de pisciculteur à la campagne en Angola

Mon défi à long terme est de créer un écosystème durable pour l'aquaculture en Angola. Étant l'une des rares piscicultures à grande échelle ici, je me préoccupe de tous les aspects de ma chaîne d'approvisionnement. Dans un marché comme le nôtre, c'est toujours un paradoxe de la poule ou de l'œuf. S'il n'y a pas d'entreprise, il n'y a pas de fournisseurs ; s'il n'y a pas de fournisseurs, il est difficile de maintenir une entreprise.

Qu'avez-vous appris dans ce domaine jusqu'à présent ?

Ce métier m'a permis de développer l'empathie comme une compétence importante. Avant de commencer la pisciculture, j'ai travaillé dans le secteur du pétrole et du gaz et dans la logistique. Bien que j'aie de l'expérience dans le domaine des affaires, je n'avais aucune idée des difficultés auxquelles sont confrontés les habitants des zones rurales. J'ai réalisé que chaque plan doit être mis en contexte par rapport à son domaine d'application. Une compréhension plus approfondie de la réalité des personnes avec lesquelles nous travaillons est nécessaire pour un succès à long terme.

Quel est votre message aux autres commerçants et aux jeunes en Afrique ?

Je crois que notre mission générationnelle est d'apporter une prospérité inclusive à l'Afrique. Les générations précédentes n'ont pas réussi à mettre les avantages de l'indépendance à la disposition de tous les citoyens. Au lieu de cela, la richesse et le pouvoir ont été concentrés dans les mains de quelques élus.

En conséquence, de nombreux jeunes sont désengagés ou pensent qu'ils doivent aller aux États-Unis ou en Europe pour poursuivre leurs rêves. Il est temps de faire du "rêve africain" une réalité.

Les jeunes doivent créer une masse critique de changements positifs pour surmonter les forces qui profitent du statu quo. Si ce n'est pas aux jeunes Africains de résoudre les problèmes de l'Afrique, qui le fera ?

A La Une: Afrique

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.