Cote d'Ivoire: Cherté de la vie - Vers une hausse du prix des abats de viande

Dans le cadre de la politique d'augmenter les ressources fiscales de l'État, comme le suggèrent le FMI et la Banque mondiale, le gouvernement a pris la décision d'imposer une TVA de 9% sur les produits alimentaires de luxe importés hors zone CEDEAO. Cependant, force est de reconnaître que dans l'application, les choses ne sont pas faites pour arranger le consommateur qui risque de voir augmenter les prix des produits de première nécessité tels que les abats de viande (pieds de bœuf ou porc, rognons de veau, de mouton) vendus dans les marchés populaires et qui subissent de l'administration fiscale la nouvelle imposition TVA au même titre que la viande de luxe importée et vendue en supermarché. Fait inquiétant, 80% des abats de viande consommés en Côte d'Ivoire sont importés hors CEDEAO et sont déjà taxés à 37% de frais de douanes.

Afin d'éviter une augmentation des prix au consommateur ivoirien, les importateurs d'abats ont débuté des discussions avec le ministre du Budget pour exclure les abats de viande, un produit de première nécessité, de TVA sur les produits alimentaires de luxe importés hors CEDEAO.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.