Afrique: Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale entérine les nouvelles Directives volontaires sur les systèmes alimentaires et la nutrition

communiqué de presse

Rome — Les directives aideront les pays à éradiquer la faim et la malnutrition sous toutes leurs formes

Les membres du Comité de la sécurité alimentaire mondiale ont approuvé les toutes premières Directives volontaires sur les systèmes alimentaires et la nutrition qui visent à appuyer les actions que mènent notamment les pays pour éradiquer la faim et la malnutrition sous toutes leurs formes en adoptant une approche globale des systèmes alimentaires. Les directives ont été approuvées au cours de la quarante-septième session du CSA (8-11 février 2021).

Les directives volontaires représentent un outil exceptionnel qui permet de lutter contre la malnutrition dans l'ensemble des systèmes agroalimentaires d'une manière cohérente et globale. On y trouve un large éventail de recommandations visant à la fois à réduire la fragmentation des politiques entre les secteurs concernés, et tout particulièrement les secteurs de l'alimentation, de l'agriculture et de la nutrition, et à garantir les trois dimensions de la durabilité, à savoir, économique, sociale et environnementale, car celles-ci ont des incidences sur les systèmes alimentaires et doivent être prises en compte à tous les niveaux.

Aujourd'hui, la lutte contre la malnutrition sous toutes ses formes, notamment la dénutrition, les carences en micronutriments, le surpoids et l'obésité, fait partie des principaux défis mondiaux que les pays doivent relever de toute urgence.

Selon les dernières estimations de la FAO, la faim ne cesse de progresser, avec près de 690 millions de personnes souffrant de sous-alimentation chronique et 130 millions d'autres poussées vers la faim en conséquence de la pandémie de covid-19. Deux milliards de personnes souffrent de carences en micronutriments et l'on observe une augmentation du nombre d'adultes en surpoids ou obèses, donc plus exposés aux maladies non transmissibles qui sont les premières causes de décès à l'échelle mondiale. Plus de 3 milliards de personnes n'ont pas les moyens de se nourrir sainement.

Fruit d'un processus de négociation multipartite inclusif qui a duré cinq ans, les directives sont étayées par les contributions scientifiques du Groupe d'experts de haut niveau de la CSA et d'une Équipe technique composée de membres du Groupe consultatif du CSA. Les directives volontaires visent à faciliter l'élaboration de politiques, de lois, de programmes et de plans d'investissement nationaux, multisectoriels et coordonnés, à l'appui d'une alimentation sûre, saine et nutritive grâce à la mise en place de systèmes alimentaires durables, pour traduire dans la réalité le Cadre d'action de la deuxième Conférence internationale sur la nutrition conformément aux dispositions du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

«Nous vivons aujourd'hui une journée historique pour le Comité de la sécurité alimentaire mondiale et pour toute la famille des Nations Unies» a déclaré le Président du CSA et Représentant permanent de la Thaïlande auprès des organismes des Nations Unies à Rome, M. Thanawat Tiensin, lorsqu'il a évoqué l'approbation des directives volontaires, ajoutant que la prochaine étape serait encore plus importante et complexe - leur adoption et leur mise en œuvre aux niveaux régional, national et local.

Lors de la présentation de la version finale des directives volontaires, M. Hans Hoogeveen, Ambassadeur des Pays-Bas et président du groupe de travail à composition non limitée du CSA sur la nutrition qui a mené les négociations, a expliqué que le document était un outil concret qui était mis à la disposition des gouvernements, des organismes des Nations Unies, de la société civile, du secteur privé, des institutions financières et d'autres acteurs, et fournissait des indications sur les politiques et les interventions à mener aux niveaux local et national pour combattre la malnutrition sous toutes ses formes en se plaçant dans la perspective globale des systèmes alimentaires.

L'Économiste en chef de la FAO, Maximo Torero, a déclaré: «La FAO se félicite de l'approbation des directives volontaires aujourd'hui. Elles arrivent à point nommé pour appuyer la Décennie d'action des Nations Unies pour la nutrition car elles améliorent la visibilité, la coordination et l'efficacité des politiques et des actions mises en œuvre au niveau des systèmes alimentaires à l'appui d'une meilleure nutrition, mettant en lumière l'interdépendance avec un meilleur environnement, une meilleure production et de meilleures conditions de vie.»

L'approche des systèmes alimentaires

Les systèmes alimentaires influent sur les régimes alimentaires et l'état nutritionnel des populations. Ce sont des entrelacements complexes d'activités englobant la production, la transformation, la manutention, la préparation, le stockage, la distribution, la commercialisation, l'achat, la consommation et les pertes et gaspillages de produits alimentaires, ainsi que l'accès à ces produits, et les résultats de ces différentes activités, notamment sur les plans social, économique et environnemental.

Les recommandations figurant dans les directives volontaires prônent une gouvernance transparente et responsable, des circuits d'approvisionnement durables, un accès juste et équitable à une alimentation saine grâce à la mise en place de systèmes alimentaires durables, la sécurité alimentaire dans l'ensemble de ces systèmes alimentaires durables, les connaissances, l'éducation et la formation sur la nutrition, l'égalité femmes-hommes et l'autonomisation des femmes et le renforcement de la résilience des systèmes alimentaires dans le contexte humanitaire.

Aujourd'hui, les membres du CSA ont aussi échangé leurs points de vue et présenté des idées et des propositions sur la façon de promouvoir la diffusion, l'utilisation et l'application des directives volontaires à tous les niveaux. Les directives seront aussi une contribution intéressante au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires qui se tiendra cette année en septembre. Les directives sont le seul instrument de politique générale négocié au niveau multilatéral qui porte sur la question des systèmes alimentaires et de la nutrition.

Cette semaine, le Comité devrait commencer à se pencher sur l'élaboration de nouvelles directives volontaires concernant l'égalité femmes-hommes et l'autonomisation des femmes dans le contexte de la sécurité alimentaire et de la nutrition.

Le CSA est la principale plateforme internationale et intergouvernementale, ouverte à tous, qui permet à toutes les parties prenantes de travailler ensemble pour assurer à chacun la sécurité alimentaire et une bonne nutrition. Le CSA est accueilli et cofinancé par la FAO.

Plus de: FAO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.