Soudan: Au Darfour, la crise économique étrangle la population

200 Dinar note from Sudan

Malgré la levée des sanctions économiques américaines, le pays est toujours en grandes difficultés. Il subit notamment une forte inflation. Elle touche tout le pays, jusqu'au Darfour, déjà touché par les conséquences d'une longue guerre civile qui a entretenu le sous-développement.

Mahmoud Al-Tayeb prépare ses morceaux de chèvre, bœuf et poulet. Boucher depuis six ans au marché central d'El Fasher, il est touché comme tout le monde par la flambée des prix.

« Les animaux sont vendus de plus en plus chers. Donc j'augmente mes prix. En quelques années on est passé de 60 à 900 livres le kilo. La révolution n'a rien changé. La situation économique était même meilleure avant. Je pense que le gouvernement a échoué. Les autorités font des promesses mais on ne voit rien venir », se désole-t-il.

Economiser, à tout prix

En attendant, chacun se débrouille. Nemat Abdou Maadane en est rendu à vendre du pain au marché noir. « J'achète un pain pour 15 livres et je le revends à 20. Ca ne dérange pas les boulangers mais ils me vendent des quantités limitées, pas plus de 1000 livres. Mon mari est soldat. Un salaire ne suffit plus. Donc j'ai besoin de ramener plus d'argent pour payer l'école ou les médicaments. »

Tous les moyens sont d'ailleurs bons pour économiser de l'argent. Dans la rivière qui traverse El Fasher, des Soudanais comme Abdouyoun Mohamed Ismaël récupèrent du sable pour en faire des briques.

« On les fabrique en utilisant d'anciennes techniques. On mélange le sable avec de la boue et de l'eau. En quelques heures ça sèche. C'est populaire parce que c'est simple et ça coûte beaucoup moins cher. »

Suite à l'accord de paix d'octobre, un nouveau gouvernement vient d'être nommé, avec peut-être un espoir de changement pour la région. L'ancien chef rebelle Darfouri Djibril Ibrahim est désormais ministre des Finances. Il a promis de lutter contre l'inflation et les pénuries.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.