Ethiopie: Révélations sur les crimes commis par les forces armées au Tigré

Les soldats de la paix des Forces de défense nationale éthiopienne.

Le voile commence à se lever concernant les crimes commis par l'armée éthiopienne au Tigré. Les autorités fédérales d'Addis-Abeba commencent, en tout cas, à reconnaître leur existence après des mois de dénégations. Les faits aujourd'hui révélés sont glaçants.

Le brouillard se dissipe et révèle une sale guerre dans le Tigré. Jeudi dernier, le 11 février, l'organisation Human Rights Watch publiait une enquête détaillée sur le bilan meurtrier des tirs d'artillerie contre des zones urbaines de Humera, Shire et la capitale Mekele : au moins 83 morts ont été recensés, 300 blessés, des hôpitaux détruits, des écoles, des marchés sous les obus.

Le même jour, les autorités éthiopiennes admettaient que le viol de femmes, des très jeunes filles aussi, avait été utilisé massivement par les soldats combattant pour Addis-Abeba, qu'ils soient fédéraux, miliciens ou sortis des rangs de l'armée érythréenne. Des survivantes commencent d'ailleurs à sortir du silence, comme ce matin via l'agence Associated Press sur la BBC : elles racontent l'horreur, les chantages au meurtre, l'humiliation et les mutilations.

Massacre de grande ampleur dans la ville historique d'Aksoum

Certains civils tigréens sortent aussi de l'ombre, comme ce professeur de l'université d'Adigrat et randonneur amateur, qui a publié le récit d'un massacre de grande ampleur qui aurait été commis par les fédéraux et les Érythréens dans la ville historique d'Aksoum, fin novembre. Il parle de plus de 700 cadavres enterrés, puis de la terreur qu'ont fait régner les soldats dans les semaines suivantes.

Ce genre de révélations se multiplie. Hailu Kebede, le représentant d'un petit parti de l'opposition politique tigréenne, résume la situation d'une phrase : « Le monde présentera ses excuses au peuple du Tigré, a-t-il dit. Mais il sera trop tard ».

Plus de: RFI

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X