Congo-Brazzaville: Gare aux infox !

Le but visé par la propagation d'une infox », c'est de faire circuler les fausses nouvelles pour détourner l'opinion publique en cultivant la confusion sociale à travers des réseaux sociaux ou des médias traditionnels. Ces infox naissent de plus en plus lors des consultations populaires, en l'occurrence des scrutins.

Les spécialistes des erronées nouvelles sont des bons calculateurs des moments propices. Et si l'opinion est avertie, ce genre d'entreprises échoue, car le commun de mortel aurait compris ces factices bien avant.

Ces infox, à la veille d'un scrutin de quelque nature que ce soit, peuvent être « inventées et montées » de toutes pièces dans des laboratoires d'opinion. Ces laboratoires, on les trouve dans des marchés, des administrations, des transports, des quartiers, des associations politiques et religieuses et sur des places publiques. Ces endroits sont des lieux privilégiés pour l'élaboration de ces « infox ». Ces « menteurs » sont là à la recherche des « faux scoops ». Ces fausses informations peuvent aussi avoir une origine extérieure que certains spécialistes des sciences sociales appelleraient par l'«extraterritorialité d'une information mensongère » à but destructeur. Et des canaux par lesquels ces mensonges passent sont connus de tous. Réseaux sociaux, internet, certains médias traditionnels. Les infox peuvent porter sur l'exhumation des affaires de portée nationale ou internationale déjà classées pour créer la confusion. C'est la fabrication de toutes pièces d'un fait inexistant pour porter atteinte à une personnalité par le dénigrement, la diffamation ou la diabolisation. Ces laboratoires invisibles sont souvent alimentés par des faux vrais amis d'un pays. Attention, ces laboratoires extérieurs sont bien là ! Ils cherchent quoi déverser dans l'opinion.

Ceci étant, le seul moyen de vite balayer l'infox, c'est d'aiguiser son esprit critique, c'est-à-dire s'informer auprès des sources officielles, contrôler l'authenticité des images, vérifier la source de l'information, utiliser les outils qui font la chasse aux infox, vérifier avant de partager une information, prêter attention aux titres sensationnels, signaler vite une fake news. Enfin, les associations de toute nature et des partis politiques y compris des pouvoirs publics devraient apprendre aux jeunes et aux seniors à repérer les infox, ce ne sont pas des méthodes qui manquent. Chassons des infox, car elles sont destructrices.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.