Rwanda: Arrestation d'une activiste rwandaise fait le buzz sur les réseaux sociaux

C'est un personnage controversé sur les réseaux sociaux rwandais. La très critique Yvonne Idamange a été arrêtée, ce lundi, à Kigali. Dans un pays où la liberté d'expression est assez limitée, la youtubeuse se retrouve accusée d'incitation au trouble à l'ordre public et d'avoir résisté à l'arrestation, blessant un officier de police.

Dans sa première vidéo publiée, il y a une quinzaine jours, Yvonne Idamange se présente comme une rescapée du génocide des Tutsis vivant à Kigali. Une bible posée en évidence à côté d'elle, elle critique principalement les mesures de lutte contre le coronavirus mises en place par le gouvernement et leurs conséquences économiques sur la population rwandaise. Elle assure qu'elle ne peut rester silencieuse alors que ses compatriotes souffrent, et va jusqu'à appeler les généraux du pays à libérer les Rwandais.

Ses vidéos ont rapidement totalisé des dizaines de milliers de vue et des centaines de commentaires. Yvonne Idamange s'est rapidement attiré le soutien d'une partie l'opposition en exil, mais aussi les critiques de nombreux internautes rwandais, certains appelant même à son arrestation. La semaine dernière, la Commission nationale de lutte contre le génocide avait cité son nom à la radio nationale après avoir publié un communiqué mettant en garde contre des cas de négationnisme et d'incitation à la haine sur les réseaux sociaux.

Ce lundi, peu avant son arrestation, elle avait publié une dernière vidéo très virulente dans laquelle elle assure que le président Paul Kagame serait mort depuis longtemps. Une fausse rumeur régulièrement relayée sur les réseaux sociaux. Le communiqué de la police indique que ses vidéos sont un mélange de politique, de folie et de propos criminels et qu'elle a blessé un officier avec une bouteille lors de son interpellation.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.