Cote d'Ivoire: Tchologo/ Campagne 2021 de commercialisation de la noix de cajou- Un plan d'action adopté contre la fuite transfrontalière des produits

16 Février 2021

De l'avis même du directeur régional du Conseil du coton et de l'anacarde (CCA), Coulibaly Zié, la région du Tchologo débute chaque année timidement la campagne de commercialisation de l'anacarde. La raison, c'est qu'en début de campagne, le KOR (taux de rendement en amande) n'est pas à son meilleur niveau.

Pour ce faire, les acheteurs préfèrent aller dans les autres régions productrices avant de terminer leurs opérations par cette partie septentrionale du pays. Toute chose qui handicape fortement les producteurs en manque de liquidité et qui alimente la fuite de la production vers les pays voisins.

Améliorer le KOR de la région et freiner la fuite des noix de cajou vers d'autres pays tel est donc le défi qui se pose au comité de veille de cette région composée des départements de Ferké (chef-lieu), Kong et Ouangolodougou.

A l'entame de la campagne 2021, les membres de ce comité présidé par le préfet de région, préfet du département de Ferké, M. Kouamé Koffi, à l'initiative du CCA, se sont retrouvés le jeudi 11 février 2021, à Ferké, pour faire le bilan de la campagne 2020, mais surtout élaborer un plan d'action contre la fuite de la noix par les frontières terrestres.

M. Coulibaly Zié qui a présenté le plan, a insisté sur un ensemble d'éléments. D'abord, accentuer la sanction en retirant l'agrément aux acheteurs impliqués dans les cas de fuites. Ensuite, impliquer davantage les sous-préfets des localités frontalières dans le fonctionnement du comité de veille.

Et enfin, apporter un appui supplémentaire au comité de veille en dotant les forces de défense et de sécurité de moyens logistiques adéquats. Le tout couplé à la sensibilisation des producteurs sur la nécessité de ne pas vendre leurs productions hors du pays, au risque de plomber l'économie nationale.

Pour la campagne 2021, le Tchologo a eu une production record de 22 822 965 kg de noix de cajou. Soit un excédent de 7 593 596 kg. Pour la campagne 2021, il s'agit de maintenir cette production, sinon, faire plus.

S'agissant des saisies, il a indiqué que la fermeture des frontières par le gouvernement, du fait de la pandémie de la Covid-19, couplée à la subvention étatique à l'achat de la noix de cajou, ont permis de limiter les sorties frauduleuses.

« Le prix pratiqué par la Côte d'Ivoire était un peu plus élevé que celui pratiqué dans les autres pays. Nous n'avons saisi que 105 sacs à Ouangolo et 5 tricycles par la gendarmerie et les eaux et forêts », a-t-il présenté.

« Le Tchologo est une région frontalière, notre responsabilité est de faire en sorte que les produits ne sortent pas », a rassuré le préfet de région, appelant de ce fait les producteurs à leur responsabilité.

Dr Ouattara Mariam, directrice de la production au CCA, a rassuré les uns et les autres sur la prise en compte des difficultés soulignées. Elle est longuement revenue sur l'ordonnance n°2020-602 qui permet de faire des saisies de marchandises sortis frauduleusement et de faire la vente sur autorisation du tribunal.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Patriote

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.